[INTERVIEW] The Twin Souls : “Beaucoup de choses se sont passées en 5 ans.”

0
270
POP CULTURE RADIO La Culture POP a enfin trouvé sa RADIO !
Genres : radio
La culture se partage !

“Le duo a mûri et nous sommes aujourd’hui assez loin de ce que nous étions à nos débuts.”

A l’étranger vous avez des groupes comme les White Stripes, Royal Blood, Greta Van Fleet, The Black Keys dans les catégories duos et fratries qui mélangent rock 70’s et garage à la perfection. Et chez nous en France, nous avons les Ko Ko Mo, No Money Kids, Th Da Freaks, Siz, Slift qui n’ont rien à envier à leurs confrères étrangers et réussissent à mélanger les genres avec un talent certain et une originalité hors du commun. Les frères Marcos plus connus sous le nom de The Twin Souls cochent toutes les cases car en plus d’être un duo, ils sont frères et prouvent avec brio que le rock made in France est loin d’être mort avec la sortie de leur premier opus hautement réussi, réunissant leurs 2 premiers ep’s sortis en 2019 et 2020 avec en bonus plusieurs collaborations inédites avec les Dätcha Mandala, Yarol Poupaud, Gunnar Ellwanger et leur père Tonio Marcos. Rencontre avec Martin et Guilhem pour en apprendre un peu plus sur cette première galette! Sortie prévue le vendredi 9 février chez Archipel Records.

The Twin Souls
Guilhem et Martin de The Twin Souls par Gabbie Burns. 

Pourquoi avez-vous choisi de faire un premier album en réunissant vos 2 premiers ep’s et plusieurs titres inédits en collaboration avec d’autres artistes ?

On ne considère pas ce vinyle “Collection” comme notre premier album. En effet, nous avons décidé de réunir nos deux ep’s et plusieurs titres en collaboration pour immortaliser cette 1ère collection de titres sur vinyle.
En parallèle, nous travaillons actuellement sur notre premier album. Celui-ci sera composé de dix titres inédits et sortira plus tard dans l’année. Mais en attendant, “Family & Friends” est là pour rendre hommage à tout ce que l’on a fait jusqu’à présent et vous faire patienter jusqu’à la sortie des prochains nouveaux singles.

Est-ce une façon de boucler un premier chapitre dans l’histoire du groupe ?

C’est en effet une façon de tourner une page pour nous, celle de la première partie des Twin Souls. Et c’est également l’occasion de remercier toutes les personnes qui nous ont soutenus depuis le début du groupe et de répondre à la demande de notre communauté qui s’impatientait de voir nos chansons gravées sur ce beau format qu’est le vinyle.

The Twin Souls interview
The Twin Souls par Carolyne Shü.

Est-ce que les Twin Souls d’aujourd’hui sont les mêmes que ceux du début ?

Nous avons commencé ce duo en 2018 et à ce moment-là, nous apprenions la batterie pour devenir nous-même batteurs de ce groupe. Lors de notre première session studio en tant que batteurs, Ken Scott (The Beatles One, David Bowie…) nous avait comparés à Meg White ! Depuis, nous avons fait plus d’une centaine de concerts, notre façon de jouer a donc énormément évolué et nos compos aussi.

De plus, humainement parlant, beaucoup de choses se sont passées en 5 ans. Le monde de la musique a aussi beaucoup changé depuis le covid, ce qui a forcément eu un impact sur notre façon d’envisager notre métier. Je dirais que notre passion est restée intacte, idem pour notre envie de partager notre vision du Rock’n’Roll mais le duo a mûri et nous sommes aujourd’hui assez loin de ce que nous étions à nos débuts.

Qu’avez-vous appris depuis la création du groupe ?

Premièrement, à jouer de la batterie, haha ! Nous avons appris et vécu énormément de choses depuis le début du groupe. Nos expériences sur la route nous ont fait faire de superbes rencontres. Mais on ne vit pas que des moments de gloire dans un groupe et vivre à travers les hauts et les bas nous a aussi appris l’humilité, la patience et l’obstination. Je pense que ce sont toutes ces petites choses que l’on vit tous les jours qui nous font grandir sur le plan humain et qui finalement, une fois les expériences digérées, se retrouvent dans nos nouvelles chansons ; créant aussi une “nouvelle identité”.

The Twin Souls avec Dätcha Mandala

La légende raconte que le titre “The One” avec les Dätcha Mandala a été enregistré en une journée. Est-ce vrai ?

Ce morceau, nous l’avons écrit et composé en 45 min. Ce jour-là, on avait passé des heures à jouer ensemble avec les Dätcha. C’était cool mais rien ne sortait vraiment, pas une chanson sur laquelle on avait tous le coup de cœur. Jusqu’à ce que Guilhem propose ce bout de riff qu’il avait trouvé quelques temps auparavant et moi-même, un texte que j’avais écrit la veille. Le temps qu’on se mette le morceau dans les doigts tous les 5, le tour était joué !

Le second single clipé de l’album est en collaboration avec Yarol Poupaud pour le titre “Tenderly” ? Qu’avez-vous appris de cette légende vivante en studio ?

Nous avons passé un très bon moment avec Yarol en studio. Ce qui nous a marqués, c’est la vision globale qu’il a tout de suite eu du morceau final. On lui a fait confiance et on est très contents du résultat. Mais avant tout, cette session c’était le fun et je pense que ça décrit bien Yarol. Pas de prises de tête, du live, du rock avec un gros son et la fête !

The Twin Souls avec Yarol Poupaud

Le titre “Remember” a été enregistré avec votre père Tonio Marcos. Qu’est-ce que ça fait d’être avec son papa sur son premier album ?

La session studio avec notre père était un de ces moments suspendus, à peine réel. Nous sommes heureux et fiers qu’il se retrouve dans cet album Collection. Il a été une grande source d’inspiration dans notre parcours musical et c’est un petit hommage qu’on peut lui rendre de cette façon.

Pouvez-vous nous raconter son histoire musicale ?

Il a commencé la musique de façon sérieuse dans les années 60, tournant avec des orchestres plutôt rock ; la musique de l’époque quoi ! Dans les années 70, il a suivi le filon de musicien side man, accompagnant des artistes comme Michel Delpech, Alberto Cortez et José Luiz Perales en Espagne et en Amérique Latine. Il a aussi fait beaucoup de sessions studio entre Madrid et Toulouse à cette époque. Puis, à moment donné, cette vie ne lui correspondait plus et nous sommes arrivés à peu près à ce moment-là.

The Twin Souls Family & Friends.
The Twin Souls par Jessica Calvo.

Avec quels groupes dans les oreilles avez-vous grandi ?

Nous avons grandi avec deux artistes majeurs : The Beatles et Queen ! Puis, en grandissant nous avons découvert Led Zep, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Sly and the Family StoneTous les groupes de la période hippie. Mais ceux qui nous ont vraiment donné le déclic, c’est The Raconteurs. Quand on les a découverts, ça a été une illumination. Ces mecs font du super rock bien vintage et bien actuel en même temps, ça nous a rendu fous !

The Twin Souls – Dead End

Quels sont les avantages à jouer en duo et entre frères ?

Les avantages sont les mêmes que les inconvénients ! On se connaît par cœur alors la connexion est immédiate. On sait ce qu’on aime, on sait ce que l’un ou l’autre va apporter, etc…

Y a-t-il des inconvénients ?

Mais comme se connaît très/trop bien, parfois on s’anticipe trop et ce n’est plus naturel. Un duo c’est comme un couple, on est deux et on doit s’entendre pour avancer.

The Twin Souls live.
The Twin Souls par Julien Dupeyron.

Vous venez de Toulouse, ville qui compte une multitude d’excellents groupes. Comment expliquez-vous cela ?

En effet, il y a énormément de musiciens(iennes) talentueux(ses) à Toulouse ! De ce que j’ai pu vivre et entendre, ça date de la génération qui sévissait dans les années 60. Ça jouait énormément à l’époque et beaucoup de musiciens(iennes) toulousains(saines) ont rejoint des artistes en vogue à ce moment ; partant sur des tournées internationales ou ayant de grandes carrières de musiciens(iennes). Ce qui est assez drôle, c’est que ces gens-là sont devenus, de réputation, des dieux vivants à Toulouse. Je me rappellerais toujours tous ces zicos me disant “putain, votre père c’est un tueur, un de meilleurs guitaristes de Toulouse” alors qu’aucun d’eux ne l’a entendu jouer ! Haha ! 

Je ne sais pas si ça existe dans d’autres villes mais à Toulouse, il y a un peu le côté « qui sera le meilleur de Toulouse ». Et du coup, de nombreux(euses) musiciens(iennes) talentueux(ses) sont resté toute leur vie à Toulouse, devenant aussi des mythes de la musique locale mais sans passer le cap de l’exportation comme la génération d’avant avait fait. Avec toutes ces personnes ayant écrit l’histoire de la musique à Toulouse (Nougaro, etc..) je comprends qu’aujourd’hui il y a beaucoup d’artistes émergents venant de cette ville.

Mais sinon, nous on vient de Rabastens pas vraiment de Toulouse !

The Twin Souls – All For You

Comment s’est passé votre concert au Supersonic le 10 janvier dernier ?

Le concert au Supersonic, c’était un moment que l’on attendait depuis longtemps. Il nous tardait de revenir à Paris. Le dernier concert dans cette ville datait d’un an, au Trabendo avec Reignwolf. Il faisait -5°C ce soir-là mais les gens ont quand même bravé le froid pour venir passer un moment avec nous alors on est super contents !

Prêts à repartir sur les routes de France pour défendre cet album Collection ?

Plus que jamais ! Pas mal de dates sont déjà annoncées et d’autres vont arriver bientôt. Vous pouvez trouver toutes ces informations sur notre page facebook ou en suivant notre compte instagram. Nous sommes aussi sur YouTube, plein de clips sont à voir sur notre chaîne et d’autres à venir avec la sortie de “Family & Friends“.

Merci d’avoir répondu à cette interview et à bientôt sur la route du rock.

The Twin Souls on tour.

The Twin Souls
The Twin Souls : Tournée 2024.

The Twin Souls Family & Friends.

The Twin Souls Family & Friends.
Pochette de Family & Friends. Photo : Carolyne Shü.

Précommandez ou commandez le vinyle Family & Friends ici.

Retrouvez The Twin Souls sur Facebook, Instagram, You Tube, Bandcamp et toutes vos plateformes de streaming habituelles.

Merci à Virginie Bellavoir de nous avoir aidé à réaliser cette interview.

Gian, janvier 2024.

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.

Laisser un commentaire