Edouard Manet, ses influences en sept tableaux

0
381

Manet marque la rupture avec l’Académisme

Edouard Manet

 

Edouard Manet, peintre important du XIXème siècle

Le réalisme, l’impressionnisme, les grands peintres tels que le Titien, Giorgione, Degas où Frans Hals influencent le maître.

Examinons sept tableaux représentatifs de l’œuvre de Manet.

Le Déjeuner sur l’herbe 1863

Le Déjeuner sur l'herbe par Edouard Manet
Le déjeuner sur l’herbe

Œuvre majeure de la peinture du XIXème siècle. Un tableau décrié et refusé au Salon*. Le public et les critiques n’acceptent pas ce sujet moderne, éloigné du prétexte de la mythologie.

Deux femmes nues en compagnie de deux hommes en costume. Le thème fait scandale, trop à compte-courant des préjugés.

Les sources d’inspiration d’Edouard Manet pour réaliser son œuvre décontenancent ses détracteurs ;  à savoir :

Premièrement, une estampe du 16 ème siècle, gravé par Raphaël « Le Jugement dernier »

Concert champêtre du Titien
Concert Champêtre du Titien

Deuxièmement Le Concert Champêtre de 1509, longtemps attribué à Giorgione, mais qui serait en réalité une œuvre du Titien. Une allégorie ou deux femmes nues, figures irréelles, qui ne sont que le fruit de l’imagination des deux hommes présents.

La représentation du visible et de l’invisible était très répandue au début du XVI ème siècle.

Charles Monselet écrit : « Manet est un élève de Goya et de Baudelaire. Il a déjà conquis la répulsion des bourgeois !»

Olympia 1863, nu d’Edouard Manet

Olympia par Edouard Manet
Olympia d’Edouard Manet

Certainement l’un des plus beaux nus de la peinture française. Pourtant très contesté, il est exposé au Salon. Deux gardiens protègent la toile des coups de canne des visiteurs indignés. Manet écrit à Baudelaire «les injures pleuvent sur moi comme grêle»

Nu du Titien
La Vénus d’Urbino

La source d’inspiration d’Olympia serait La Vénus d’Urbino que le Titien a peint en 1538. Manet en prend une copie et l’adapte à son temps, le modernise. La ressemblance entre les deux tableaux est un véritablement télescopage.

Manet traite la composition en aplats, sur un fond noir, ce qui est contraire aux principes académiques. Le regard assuré de la jeune femme est ressenti comme une autre provocation…

Mais les meilleurs critiques ont quand même été éblouis par les nuances de blancs, de crèmes qui se superposent dans le tableau.

« Vous avez admirablement réussi à traduire énergiquement et dans un langage particulier les vérités de la lumière et de l’ombre, les réalités des objets et des créatures », écrit Zola.

En 1890 Monet, avec des amis et admirateurs de Manet achètent le tableau. Sur intervention de Clemenceau l’œuvre rentre au Louvre en 1907.

La course à Longchamp 1864

Le réalisme par Manet
Courses à Longchamp

Influencé par Degas, Edouard Manet découvre les champs de course.

Une représentation exceptionnelle au niveau du mouvement. Avec une touche rapide l’artiste fixe les jockeys et leur monture. La reproduction est éblouissante, les cavaliers semblent s’élancer sur les spectateurs.

Une œuvre majeure qui influencera plusieurs générations de peintres…

Portrait de Théodore Duret 1868 par Edouard Manet

Théodore Duret portrait par Edouard Manet
Portrait d’Edouard Manet

Théodore Duret défend Manet à l’époque où il est contesté. Le journaliste commente lui-même le cheminement du peintre pour réaliser son portrait :

« Manet  pas satisfait du résultat rajoute un tabouret avec dessus un plateau de laque avec une carafe, un verre et un couteau, ce qui constitue un apport de tons variés…Le citron enrichit la composition et donne la touche de couleur.»

Le Saumon 1869, nature morte.

Nature morte par Edouard Manet
Le Saumon

Un tableau réaliste, Manet aime peindre des natures mortes où il trouve plus de liberté qu’avec les personnages.

On y retrouve l’influence du peintre néerlandais Jan Davidsz de Heem et de Jean Siméon Chardin ; une nappe damassée est soigneusement représentée.

Et surtout le citron, thème fétiche de Manet, qui est mis à l’honneur dans de nombreuses  composition de l’artiste. Il utilise le jaune en opposition aux couleurs plus sombres.

Une nature morte des plus réussies de Manet. La critique est conquise et écrit :

« La « nature morte » de Manet, est, là encore, une de ces natures mortes où, de l’aveu de tous, le peintre se révèle incomparable ; cette toile représente un spécimen de ses admirables poissons écailleux et un citron coupé, qui est certainement le citron le plus cruellement acide jamais peint . »

La Maison de Rueil 1882

Maison de Rueil par Edouard Manet
La Maison de Rueil

L’un des derniers tableaux du peintre.

Manet peint cette toile assis à l’ombre d’un acacia.

L’artiste exprime ses talents de coloriste, on retrouve aussi l’influence des impressionnistes.

Le Bar aux Folies Bergères 1882 par Edouard Manet

réalisme et nature morte par Manet
Un bar aux Folies Bergères

Dernière composition d’Edouard Manet, le thème est la vie mondaine et insouciante à Paris. La femme au centre est certainement l’une des serveuses du bar.

Point fort du tableau le reflet dans le miroir, où l’on aperçoit un homme en chapeau et l’image d’une salle comble et animée. En opposition le regard empreint de tristesse de la jeune femme.

La touche de couleur est donnée par les oranges qui ont remplacé le citron.

Des touches de blanc en aplats dessinent merveilleusement la coupe en verre qui porte les fruits. Une représentation de nature morte qui affirme tout le talent du peintre.

Symbole de l’éphémère et des apparences… C’est le dernier tableau présenté au Salon de 1882, il y rencontre un vif succès ; celui-ci est l’une des plus belles compositions, représentatives de toutes l’œuvre de l’artiste qui s’exprime avec réalisme.

Cette toile fait partie de la prestigieuse collection Samuel Courtauld.

L’œuvre d’Edouard Manet dans cette vidéo :

 

Edouard Manet résume son travail ainsi :

« Cherchez la grande lumière et la grande ombre, le reste viendra naturellement, c’est souvent peu de chose…»

C’est ce « peu de chose » qui va influencer toute la peinture contemporaine.

Pour Matisse «Manet agit par réflexes et simplifie le métier de peintre, il exprime que ce qui touche à ses sens immédiat.»

Le Bonus : Stéphane Mallarmé & les lithographies

En 1873 Edouard Manet fait la connaissance de Stéphane Mallarmé, il peint le portrait du poète.

Portrait de Stéphane Mallarmé
Stéphane Mallarmé

En 1875 Mallarmé traduit Le Corbeau Allan Edgar Poe, Manet réalise une lithographie pour l’illustrer :

Lithographie d'Edouard manet
Le Corbeau, lithographie

L’année suivante Stéphane Mallarmé écrit L’après-midi d’un Faune, Debussy le met en musique et Manet dessine une lithographie :

Lithographie
L’après-midi d’un faune, lithographie

* Quelques mots sur le Salon :

La sélection des tableaux est à ce point sévère qu’une salle annexe est ouverte pour exposer les peintres refusés par l’austère jury ; parmi eux nous trouvons : Pissarro, Manet, Cézanne, Whistler….

A vous de juger….

Nic Blanchard-Thibault