MAZZY STAR : Fade Into You

0
714
La culture se partage !

L’étoile mystérieuse

Le duo Mazzy Star
Mazzy Star : David Roback et Hope Sandoval

Il y a des tubes improbables, tellement incertains qu’ils bouleversent toutes les soi-disant lois du marketing, et c’est tant mieux ! Ainsi ce titre Fade Into You, extrait du 2e album de Mazzy Star. Une suite d’accords acoustiques plutôt classique, une cadence lente, quelques coulées de guitares slide… Puis surtout cette voix, traînante et envoûtante, à la fois jeune et ancienne, de la chanteuse Hope Sandoval, appelant à disparaître, telle une Circé pour son Ulysse. Cette chanson mélancolique et onirique va cartonner d’une manière inattendue dans les Charts de l’été 1994…

Mazzy Star – Fade Into You – So Tonight That I Might See (1993)

 

PREMIERS ÉCLATS (1981 – 1989)

A l’origine de l’astre, au début des années 80, il y a David Roback. Guitariste au jeu vénéneux, influencé par les grattes des Byrds version Eight Miles High ou des Beatles de Revolver,  le gars de Los Angeles irradie de ses notes acides les chansons de The Rain Parade, le combo néo psyché qu’il mène avec son frangin bassiste Steven. Avec The Three O’Clock, Green On Red, The Dream Syndicate ou les Bangles, ils sont les parfaits représentants de cette scène Néo Sixties américaine, surtout californienne, flashant sur les chemises à fleurs, les jupes de Mary Quant et les albums de Love, des Doors, des Byrds, du Velvet Underground ou du Pink Floyd version Syd Barrett. La presse résumera rapidement l’affaire sous le nom de mouvement Paisley Underground. Cette vague aura plus d’impact et d’influences qu’on ne le croit généralement. Il suffit de parcourir les chemins parallèles à l’époque de Cure, des Banshees, d’XTC et leurs cousins The Dukes Of Stratosphear et même de Prince pour son opus Around The World In A Day en 1985.

Soutenez Culturesco sur Tipeee

Rain Parade – 1 Hour 1/2 Ago – Emergency Third Rail Power Trip (1983)

Lorsqu’il quitte Rain Parade en 1983, le David forme un duo avec sa compagne Kendra Smith, la bassiste-chanteuse du Dream Syndicate. Finalement baptisé Opal, ils réalisent un album en 1987, Happy Nightmare Baby. Attention collector !

Opal – Happy Nightmare Baby (1987)

La suite est plus confuse. Après avoir reçu une démo, David Roback rencontre son auteure, une jolie brunette à la voix encore juvénile mais intrigante, Hope Sandoval. Pendant une tournée d’Opal en compagnie des frangins supersoniques de The Jesus And Mary Chain,  Kendra Smith plante le groupe. Alors Roback contacte Sandoval et embarque la demoiselle avec Opal pour conclure les concerts.

 

SHE HANGS BRIGHTLY (1990)

Le couple retravaille sur le 2e album en cours d’Opal sous la nouvelle appellation de Mazzy Star. Ce premier disque intitulé She Hangs Brightly sort en 1990. Pourtant transitoire, il contient déjà en onze pièces  tous les éléments que vont développer Hope et David pendant toute leur œuvre commune : ballades au spleen somnolent – l’ouverture Halah -, longues dérives hallucinatoires héritées des DoorsShe Hangs Brightly -, et mid tempos opiacés – Blue Flower – . A chaque fois, la rencontre entre la voix de Hope, parfois encore hésitante et les guitares de David fait des étincelles. De la télépathie dira notre muse…

Sur scène, soutenu par un excellent groupe, la bassiste de Hole Jill Emery et Keith Mitchell à la batterie, le duo joue souvent dans l’ombre tandis que Hope Sandoval semble intimidée d’être exposée en avant. Ainsi cette version de Blue Flower, un morceau oublié de 1972 du trio germano-britannique Slapp Happy

Mazzy Star – Blue Flower Live 1994 – She Hangs Brightly (1990)

Le LP sera remarqué aussi par sa pochette rétro, un escalier Art Nouveau de Victor Horta, (Hôtel Tassel à Bruxelles) montant vers un hypothétique nirvana… Tandis que Ghost Highway, l’extrait le plus percutant au riff kinsksien, fera déjà les délices des radios indées.

Ghost Highway

SO TONIGHT THAT I MIGHT SEE (1993)

Le moiré second opus de Mazzy Star paraît en Septembre 1993. Cette fois, les neuf morceaux entièrement composés et écrits à deux, plus une reprise, représentent parfaitement l’esprit de la paire. Surtout, voix et guitares s’affichent à l’unisson dans leur recherche de perfection. Le chant de Hope marque sa différence avec ses collègues de l’époque – PJ Harvey, Björk – par sa maîtrise de la langueur et d’une rare sensualité à la fois distanciée et captivante. Et l’on retrouve, magnifiés, les signes distinctifs de la paire, tels le titre générique ou cette prière sous hallucinogène…

Mary Of Silence – So Tonight That I Might See (1993)

L’instrumentation s’enrichit d’une section de cordes pour les magnifiques et poignants Five String Serenade, une cover d’Arthur Lee / Love et Into Dust. Quant aux thèmes plus voltaïques, lorsque David Roback sort sa Gibson Lespaul Black, on déambule dans un état second entre les volutes de Hope.

She’s My Baby.

Signalons aussi l’excellence de la production, bien meilleure que pour leur premier recueil. Du velours.

Et il y a bien sûr le miracle de Fade Into You. C’est l’ouverture de l’album. Contre toute attente, sortie en Single quelques mois après, cette ode à un amour fusionnel rayonne dans les Charts américains, en quatrième place, puis dans le monde entier, Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Europe, du jamais vu pour le duo. Résultat le disque se vend comme des bâtons d’encens près d’un temple bouddhiste et les très introvertis Hope et David sont proclamés coqueluches des médias.

Fade Into You Live (1994)

AMONG MY SWAN (1996)

Alors, Hope Sandoval devient la chanteuse Must Have, quémandée par les Chemical Brothers, Death In Vegas, plus tard le mythique Bert Jansch – le guitariste de Pentangle – et les trip hopers de Massive Attack.
Mais surtout la Belle participe à quelques titres de The Jesus And Mary Chain et les potins – sans doute jaloux – racontent qu’elle devient même la dulcinée de William Reid, le guitariste aux mille larsen ! Ça donne cette pépite dans la lignée de Nancy Sinatra et Lee Hazlewood

The Jesus And Mary Chain – Sometimes Always – Stoned & Dethroned (1994)

Puis Mazzy Star présente son troisième opus, le superbe Among My Swan, en Octobre 1996, une date à nouveau automnale qui convient parfaitement à son atmosphère. En même temps, ces douze voyages intérieurs complètent à merveille le précédent LP, tel un deuxième tome, voire l’autre galette d’un hypothétique double album. Attention, il ne s’agit pas de doublon ou de copie, juste de correspondances parallèles.

Flowers In December Live – Among My Swan (1996)

La signature générale paraît encore plus sombre et somnambule alors que certains thèmes plus électriques  – Take Everything (Avec William Reid), Still Cold – évoquent curieusement le Led Zeppelin psyché des premières années.

Still Cold – Among My Swan (1996)

Contrairement aux attentes financières de la maison de disques – Capitol – qui espérait renouveler le bon coup de Fade Into You, les singles issus de cette collection échoueront dans les classements, sauf ceux des cœurs des fans. Et l’on comprend alors que leur succès public n’était qu’une étoile filante…
Après une tournée aux States et en Europe, le duo commencera à hiberner…

 

SEASONS OF YOUR DAY (2013)

Suit une longue attente, des séances de studio en pointillés, des mini tournées, un projet personnel pour Hope, le groupe Hope Sandoval And The Warm Inventions, pendant que David Roback fait du cinéma pour Olivier Assayas dans le film Clean.
Finalement, alors que personne n’y croit plus vraiment, le quatrième album de Mazzy Star apparaît en Septembre 2013. Leur premier dans le nouveau siècle… Dès l’entame tout en nappes d’orgue, l’on retrouve le son unique du duo.

In The Kingdom – Seasons Of Your Day (2013)

C’est le titre California qui sera mis en avant. Un choix étonnant et courageux tant cette grisaille brumeuse et énigmatique marque ses différences avec les autres compos des Charts. Parmi les dix morceaux du LP, le très countrysant Lay Myself Down semblait pourtant plus consensuel…

California

Au fil des chansons, on comprend que les deux ont cherché l’épure, réduisant parfois l’instrumentation à la guitare acoustique de Dave, des ondulations de violon, de métallophone et le tambourin de Hope. Notons néanmoins la participation du désormais ami Bert Jansch sur la plage Spoon.

La chanteuse elle-même s’affiche au sommet de son art, une prodigieuse acmé.
Ce recueil se clôt dans un blues, David sort le bottleneck et Hope l’harmonica pour une longue séquence au balancement hypnotique.

Flying Low

Les lueurs ténébreuses de cet album combleront les esthètes et les fans, même si l’on peut regretter l’absence d’un ou deux rythmes plus véloces… La paire devenant culte, les rares dates de promotion remportent aussi un accueil enthousiaste.

 

L’ÉTOILE NOIRE (2014 – 2020)

En Avril 2014, Mazzy Star, lance pour le Record Store Day le single I’m Less Here, lequel est suivi à nouveau d’une hibernation…
Avant la parution encore une fois surprenante du EP 4 titres Still en Juin 2018. Cette production prend des allures mortifères et prémonitoires, le disque étant dédicacé à leur batteur Keith Mitchell et leur manager Tom Cashen, tous deux décédés en 2017.

Quiet,The Winter Harbour – Still EP (2018)

Mazzy Star s’éteint le 24 Février 2020, à la mort de David Roback.

Bruno Polaroïd

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
Écoutez Pop Culture Radio
00:00:00