PINK FLOYD Gilmour vs Waters par Alexandre Higounet

0
849
POP CULTURE RADIO La Culture POP a enfin trouvé sa RADIO !
Genres : radio
La culture se partage !

Les frères ennemis

Déjà auteur de deux ouvrages sur Pink Floyd, Alexandre Higounet décortique les rapports complexes entre les frères ennemis Gilmour et Waters.

David Higounet : PINK FLOYD Gilmour vs Waters
PINK FLOYD Gilmour vs Waters par Alexandre Higounet

Depuis les années 80, les nombreux fans de Pink Floyd assistent au spectacle désolant de la brouille entre les deux hérauts du groupe, le chanteur / guitariste David Gilmour et le chanteur / bassiste cofondateur et autoproclamé mentor, Roger Waters.
Malgré les retrouvailles inattendues du Live 8 en 2005, les disparitions du génial Crazy Diamond Syd Barrett  en 2006 et de l’essentiel mais trop discret claviériste / chanteur Rick Wright en 2008, rien n’a vraiment changé, au contraire. Quant au batteur et toujours diplomate Nick Mason, il évite les tourments avec son projet de reconstitution historique Saucerful Of Secrets.

Pink Floyd – Comfortably Numb / Live 8 (2005)

Voilà donc un livre qui alimentera encore les débats.
Remontant à l’enfance et à l’adolescence de Roger Waters et David Gilmour, Alexandre Higounet rappelle par exemple que si à l’époque les deux gars sont des amis de Syd Barrett, ils ne se côtoient pas et n’ont donc pas de lien amical l’un pour l’autre.

Pink Floyd par POUP
Floyd Pink par POUP

La première prise du pouvoir dans Pink Floyd par le bassiste Waters, lorsque Syd Barrett s’écroule mentalement, correspond à l’éviction traumatique du chanteur / guitariste en détresse début 1968, après un essai à 5 avec David Gilmour. Le remplacement par ce musicien doué, mais accueilli fraîchement par Rog, ce que révèle aussi Alexandre Higounet, en dit long sur les racines de leur antagonisme.

Let There Be More Light Live – A Saucerful Of Secrets (1968)

Et il y a bien sûr la question de la création dans Pink Floyd – avec ne jamais l’oublier, sa  conséquence, les droits d’auteur – et de la vision du groupe qu’ont chacun des deux gars.
En effet, si Waters compose, écrit les textes et trouve les concepts, surtout à partir de The Dark Side Of The Moon en 1973, ses œuvres sont illuminées et enrichies précise Alexandre Higounet, par les arrangements ainsi que les développements harmoniques et mélodiques de la paire Gilmour / Wright. Bien souvent, on peut plus parler de création collective que de simple interprétation. Que seraient les chansons de Waters sans la voix unique et le jeu inimitable de son guitariste ainsi que le style sobre et personnel de son claviériste ? Sans compter l’apport de la pulsion de Nick Mason.

Pink Floyd – Money / Demo de Roger Waters (1972)

Inversement, privés des écrits, des supports idéologiques et de l’esprit de synthèse de Roger Waters, les albums de Pink Floyd manqueraient sans doute de consistance, comme le prouveront plus tard les opus ultérieurs en trio.
Évidemment, Gilmour et Wright composent également, mais après Wish You Were Here en 1975, le claviériste traverse une crise artistique et personnelle. Ce qui n’est pas forcément le cas de l’homme à la Black Strat – voir Dogs dans Animals en 77 -. Le Floyd est alors écartelé entre le souhait de Waters d’exprimer avant-tout ses idées et le désir de Gilmour de plus de musicalité.

Dogs – Animals (1977)

Progressivement, Waters affirme sa main-mise, Pink Floyd devenant sa chose, un support pour ses messages, non plus un collectif mais le faire valoir luxueux d’un auteur / compositeur exclusif, avec des musiciens qui ne sont plus si indispensables. Une tendance égocentrique évidente dans The Wall en 1979 (L’exclusion de Rick Wright, le remplacement de Nick Mason pour certains titres…) qui atteindra son apogée dans The Final Cut en 1983 et sa décision de tuer le groupe en 1985.
On comprend mieux ainsi la fureur du Rog quand Gilmour, aidé de Mason puis Wright, relancera la Machine Pink Floyd sans le bassiste à partir de 1987…
Alexandre Higounet argumente avec pertinence les points de son approche, nuançant les options des partisans du tout Waters et du tout Gilmour, décrivant les incompréhensions mais aussi les mains tendues de l’un et de l’autre… Son livre passionnera les fans de Pink Floyd par les analyses qu’il développe et les nouvelles questions qu’elles entraînent.
Pourtant, tout avait bien commencé…

Arnold Layne (1967)

 

Bruno Polaroïd / Illustration par POUP

PINK FLOYD Gilmour vs Waters par Alexandre HigounetLe mot et le reste (Leur site) – 240 pages – 22,00 Euros – Disponible le 28 Juin 2024

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.

Laisser un commentaire