The Damned : histoire d’un périple PUNK

0
713

The Damned chez Chiswick

the damned les damned

En ce début d’année 1979, les Doomed redeviennent The Damned, Brian James leur ayant donné son accord pour l’utilisation du nom d’origine. Infatigables ou complètement sous speed, ils repartent en tournée jusqu’au mois de Juin avec des pauses dans divers studios pour y enregistrer leur futur album.

En Mars, ils signent avec Chiswick Records. Cette signature intervient au bon moment car le groupe est très mal financièrement. Rat Scabies et Captain Sensible squattent un appartement miteux et les concerts sont l’occasion de se nourrir correctement.
Le même mois, les Damned enregistrent 3 titres au studio Utopia : «Love Song», «Suicide» et «Noise Noise Noise».

Retrouvez nos deux précédents épisodes de l’histoire des DAMNED :

« Love Song » sort en single et le groupe passe à Top Of The Pops.

Au mois d’Avril, les Damned entrent au Wessex Studios de Londres où The Clash enregistrent London Calling. Les deux groupes se croisent et vont jusqu’à jouer ensemble pour le fun et pour le plus grand bonheur des fans. Car la séance, filmée, est aujourd’hui disponible sur le CD/DVD de Clash « London Calling » sorti en 2004.

Changement de studios en Mai pour mettre en boîte le single Over The Top/Ballroom Blitz, cette fois-ci en compagnie de leurs vieux potes du groupe Motörhead... Il s’agit d’un projet commun, sous l’appellation MotörDamn. L’idée étant que chacun enregistre une chanson avec l’autre. (Même si Ballroom Blitz est à l’origine un titre de Sweet, il fait partie du répertoire des damnés). D’autres titres étaient, paraît-il, prévus, mais ni les Damned ni Motörhead n’étaient bien frais pour continuer…

Fin Mai, The Damned retournent aux Wessex Studios

Ils préparent la suite de ce qui sera leur troisième album, «Machine Gun Etiquette». The Damned y enregistrent “Melody Lee”, “Burglar”, “Plan 9 channel 7”, “Noise noise noise”, “Smash it up” et “Machine Gun Etiquette”.
«Antipope», «Looking At You» et «I Just Can’t Be Happy Today» sont enregistrés dans d’autres studios pour des questions de timing et de budget.

Depuis ses débuts en 1976, le groupe n’a quasiment jamais arrêté de jouer, même lors du break de 1978 car chacun a participé à des projets parallèles. Cette année 1979 n’est pas différente des précédentes. Le rythme des Damned est incroyable. Alors qu’ils viennent de terminer leur album, ils reprennent déjà la route et s’offrent un nouveau passage TV à l’émission Szene :

The Damned : Love song

Ils s’envolent ensuite pour les USA début Juillet où une session photo est organisée à New York. Certains clichés vont servir aux pochettes de l’album « Machine Gun Etiquette » et du single « Smash It Up ». Suivent des concerts à Los Angeles, San Francisco, Detroit ainsi que deux dates canadiennes à Toronto.

Le mois d’Août permet enfin au groupe de souffler. Repos bien mérité avant de repartir sur les routes d’Angleterre en Septembre. Le single « Smash It Up » sort à la fin du mois. Les Damned passent à nouveau à la télé avant de participer à une Peel session fin Octobre (“Liar”, “I just can’t be happy today”, “Smash it up”, “I’m bored”)..

The Damned – Smash it Up Old Grey Whistle Test, Stage wrecked

L’album sort en Novembre, suivi par une nouvelle BBC session avec Mike Read, le single «I Just Can’t Be Happy Today». Le tout suivi d’une nouvelle tournée en compagnie des Misfits et du groupe irlandais Victims. Les infatigables damnés passent de nouveau à Top Of The Pops début décembre :

The Damned – I Just Can’t Be Happy Today – Top of the Pop

Nous sommes fin 1979 et des tensions de plus en plus fréquentes entre Rat Scabies et Algy Ward poussent ce dernier vers la sortie.

Il est remplacé en février 1980 par le bassiste d’Eddie & The Hot Rods, Paul Gray. Avec lui, les Damned vont enregistrer le «Black Album», second disque chez Chiswick et déjà quatrième de leur discographie, trois ans seulement après la sortie de Damned Damned Damned.

En Mars, ils reviennent aux Wessex Studios pour une session démo puis début Avril pour y enregistrer le prochain single. En face A, il y aura la reprise de Jefferson Airplane « White Rabbit », et en face B « Seagulls » et « Rabbid (Over You) ». Un quatrième titre est mis en boîte, mais il ne sortira jamais officiellement. Il s’agit de la reprise des 50’s « Chantilly Lace » (disponible sur le bootleg « The Damned Don’t Cry »).

A l’instar de « Machine Gun Etiquette », « Black Album » va se faire au fil du temps, dans deux studios différents, Wessex et Rockfield.

Les deux dernières semaines d’Avril sont consacrées à une tournée en Hollande et en Italie. Les Damed vont ensuite revenir jouer en Angleterre, puis retourner en studios courant Mai jusqu’à début Juin. Le mois suivant, les Damned repartent sur les routes anglaises, la route leur permet de vivre à peu près correctement.

damned

Le 29 Juillet, ils jouent à Shepperton pour le fan club. Le concert est enregistré et certains titres vont figurer sur la face D du « Black Album ». Il est ensuite officialisé en 1982 sous le titre « Live At Shepperton » par le label Big Beat. Le mix est fait courant septembre par le groupe lui-même.

Le 22 Septembre, Chiswick sort le premier single extrait du « Black Album », « History Of The World (Part 1) » avec, en face B, deux titres inédits : « I believe The Impossible » chanté par Captain Sensible et un instrumental, « Sugar & Spite », qui devait s’appeler « History Of The World (part 3) ». Mais Chiswick décide de le rebaptiser, contre l’avis du groupe. « History Of The World (part 1) » surprend les fans de la première heure tant il sonne comme un titre de variété décousu, bien loin de la punkitude du groupe.

The Damned – The History of the World

Début Octobre 1980, ils enregistrent 7 titres à la BBC. Trois sont diffusés lors de la John Peel session du 6 Octobre (Curtain Call, Hit Or Miss, Therapy). Les 4 autres passent à l’émission de Mike Read le 9. (Dr Jeckyll & Mr Hyde, Wait For The Blackout, Lively Arts, History Of The World Part 1).

Le 17 Novembre, les Damned passent à l’émission ‘Something Else’ où ils jouent « Dr Jeckyll & Mr Hyde », « Drinking About My Baby » et une version speedée du « Something Else » d’Eddie Cochran.

Dr Jekyll and Mr Hyde – Something Else

Le même jour « Black Album » arrive dans les bacs. Il s’agit d’un double LP vendu au prix d’un simple. (Chiswick prend le manque à gagner sur les royalties du groupe…) avec pour slogan promotionnel « two for the price of one », paroles de la chanson « Dr Jeckyll & Mr Hyde ». La plupart des titres figurent sur le premier disque. Curtain Call tient sur la première face du second (il fait plus de 17 minutes!). Les titres live de Sheperton sont quant à eux sur la dernière face.

Damned – Curtain Call

Une réédition sur le label Big Beat sort deux ans plus tard, en version simple, sans « Curtain Call » et la partie live.

Cet album marque un véritable tournant dans la carrière du groupe, à la croisée des chemins entre punk-rock et gothique. Viendront ensuite « Strawberries », chez Bronze, le dernier LP avec Paul Gray. Puis le gothique « Phantasmagoria » chez MCA en 1985. Avec un tout autre line-up et «Anything» toujours chez MCA en 1986.

Par la suite suivront une multitude d’albums live et de compilations, avant que deux nouveaux albums studio voient le jour, « Grave Disorder » en 2001, puis « Evil Spirits » en 2018.

Aujourd’hui, les Damned continuent à jouer, mais il ne reste que deux membres d’origine, Dave Vanian et Captain Sensible. Rat Scabies claque la porte en 1995 pour mener une carrière solo et collaborer avec Joe Strummer, Sonny Vincent ou encore Neville Staper des Specials pour ne citer qu’eux. Quant à Brian James, après Lords Of The New Church, il participe à divers projets et sort des disques à son nom dont « Damned if I do », composé de reprises des deux premiers albums des Damned.

Fernand Naudin

Les DAMNED en 1978 : Children of the Damned, The Doomed et Les Punks