THE DAMNED période Stiff Records : les débuts Punk

0
356

THE DAMNED : période Stiff Records

Parmi les groupes punks anglais de l’époque 76-77, il y a eu finalement tous les styles, les formations engagées telles que The Clash, celles qui lorgnaient très habilement vers les Mods 60’s (The Jam), les ingérables Sex Pistols, les romantiques Buzzcocks, et les pitres, les clowns, les rois de la déconne, The Damned, groupe phare du punk «tarte à la crème».

the damned

Voici leur histoire.

Les «Damnés» naissent des cendres encore fumantes de deux groupes. Les London SS dans lequel ont joué le guitariste Brian James et le batteur Rat Scabies et The Masters Of The Backside avec Captain Sensible, Dave Vanian, Chrissie Hynde des Pretenders, le journaliste Nick Kent ainsi que Rat Scabies, là aussi (qui a également joué dans un groupe proto-punk nommé Rot). The Masters Of The Backside est monté par le manager des Sex Pistols, Malcolm McLaren.

Ce dernier rêve de s’occuper d’un groupe à mi-chemin entre les Ramones et Television qu’il a vus à New York, et dont il est fasciné. Conscient dès le début que les Sex Pistols sont ingérables au sens où il l’entend, il recrute des musiciens ici et là, avec l’espoir d’obtenir l’équivalent des groupes US. Malheureusement pour lui, les membres de Masters Of The Backside se lassent très rapidement de son envie permanente de tout contrôler, tout modeler, et se séparent après quelques répétitions seulement.

Sid Vicious ou Dave Vanian?

Début Avril 1976, lors d’un concert des Sex Pistols au Nashville Rooms de Londres, Brian James et Rat Scabies remarquent Sid Vicious dans le public et pensent à lui proposer le poste de chanteur. Il a le look et la gueule de l’emploi, il fera donc l’affaire (les Anglais fonctionnent ainsi). Mais quelques minutes après, Scabies aperçoit Dave Vanian et indique à Brian James que c’est lui qu’il faut dans le groupe, à coup sûr!  Il a le bon look lui aussi et a déjà fait ses preuves dans Masters Of The Backside. Ils contactent ensuite Captain Sensible (de son vrai nom Raymond Burns), et les Damned sont formés.

Managé au départ par Andrew Czezowski (futur patron du Roxy), le groupe répète dans un entrepôt appartenant au magasin d’Acme Attractions. Il s’agît du magasin de vêtements dans lequel travaille le DJ Don Letts. Courant Juin, il enregistre une maquette démo (I Fall, See Her Tonite, Feel The Pain) pour prospecter journaux et maisons de disques. Ces 3 titres sont aujourd’hui disponibles sur le coffret « Play It At Your Sister ».

Demo version – Juin 1976

The Damned – 6 juillet 1976 : premier concert

Le premier concert a lieu au 100 Club de Londres, avec les Sex Pistols, le 6 Juillet 1976. Les Damned jouent des titres des Stooges, Beatles et Who, en plus de leur propre répertoire. L’enregistrement est disponible depuis 2007 dans un coffret 3 CD avec le premier album et des extraits live en bonus. La prestation est plutôt bonne, les titres sont rapides et le groupe énergique.

Le 24 Juillet, John Ingham, du magazine Sounds, chronique un concert au Nashville Rooms. Il les compare aux Stooges et écrit: «les Damned le sont (i.e. damnés), et si vous ne les aimez pas, allez vous faire foutre».

Mont de Marsan 1976

Le 21 Août 1976 est une date très importante pour eux. Tout d’abord parce qu’ils sont le premier et le seul groupe du genre à participer au festival punk de Mont de Marsan (qui est franchement pub-rock cette année-là, il faut bien le dire) mais également parce qu’ils font la connaissance de Jake Riviera dans le bus qui les amène au festival. Riviera est l’un des fondateurs du label Stiff Records et cette rencontre est historique. The Damned livre un set sauvage à Mont de Marsan. une véritable bombe immortalisée sur bande magnétique aujourd’hui disponible en CD. Ce document sonore est un low-fi, mais il témoigne de la qualité du groupe et de sa sauvagerie sur scène. Riviera prend une claque et décide de les signer.

En Septembre, ils sont interviewés par Mark Perry du fanzine Sniffin’ Glue et ont même droit à la couverture du numéro. Dave Vanian abandonne son emploi de fossoyeur pour se consacrer pleinement au groupe. Le 21, les Damned reviennent au 100 Club pour les journées «Punk Special» en compagnie de Buzzcocks, Chris Spedding & The Vibrators et des Stinky Toys à qui ils prêtent leur matériel.

A lire : notre article concernant les journées PUNK SPECIAL 20 & 21 Septembre 1976.

New  Rose

Après avoir été les premiers punks anglais à jouer en France, les Damned devancent tous les autres groupes d’outre Manche en sortant leur single New Rose/Help le 22 Octobre 76.

En Novembre ont lieu quelques dates en première partie des Flamin’ Groovies et des Troggs. Le 30, ils enregistrent leur première Peel session à la BBC, 5 titres sont mis en boîte et diffusés le 10 Décembre. Vient ensuite l’Anarchy in the UK Tour organisé par le manager des Sex Pistols, Malcolm McLaren, qui a invité Damned et Clash, ainsi que Johnny Thunders & The Heartbreakers. Les choses s’annoncent difficiles suite à l’interview chaotique des Sex Pistols à la télévision. La plupart des salles ferment leurs portes et seulement 3 dates sur 19 sont maintenues. Premier concert à Leeds le 6 Décembre…

Les Damned n’iront pas plus loin

L’attaché de presse de Stiff, Rick Rogers, informe Bernie Rhodes (manager de Clash) et McLaren que le groupe se produira, comme demandé, devant le conseil municipal avant la prochaine date, afin d’être sélectionné pour le concert du soir, ou pas. Les deux managers voient rouge et les Damned sont virés de la tournée.

Captain Sensible est dégoûté. Il affirme qu’il n’aurait jamais accepté de jouer devant un jury d’élus. Il est déboussolé et ne comprend pas bien ce qui s’est passé. Brian James le regrette également, affirmant qu’il s’entend plutôt bien avec Mick Jones (The Clash) et Johnny Rotten (Sex Pistols) et qu’ils sont là pour jouer, s’amuser, prendre du bon temps, mais pas subir les pressions d’une mairie. Les choses sont ainsi, et leurs remplaçants sont les Buzzcocks, de Manchester.

De retour à Londres, ils jouent au Hope & Anchor avec le groupe Eater. L’équipe de Stiff filme le concert pour la réalisation de la vidéo du single New Rose.

The Damned – New Rose

Damned Damned Damned – Février 1977

Janvier 77, l’enregistrement du premier LP débute au Pathway Studios de Londres. En 10 jours, 13 titres sont prêts pour «Damned Damned Damned» qui sort le 18 février. Encore une fois, les Damned devancent tout le monde puisqu’il s’agit du premier album punk anglais. La pochette vaut le détour, on y voit les quatre larrons le visage couvert de crème (il s’agit en fait de mousse à raser), Scabies fait mine de lécher les cheveux de Sensible tandis que Vanian semble s’évanouir et James reste stoïque. Du grand art, mais les Damned dérangent…

the damned 1er album

Les détracteurs…

Le star système et quelques frustrés de la radio et de la presse voient leur progression d’un mauvais œil. On va tenter de flinguer le groupe comme on l’a fait pour les Pistols. Car déjà à cette époque, il se raconte que le single Anarchy in the UK a été enregistré par des requins de studio tellement le groupe est mauvais. Pour les Damned, c’est pareil (il ne faudrait pas qu’ils volent quelques parts de marchés aux dinosaures….).

La légende veut donc que le groupe, tellement mauvais, serait incapable d’enregistrer ses titres à la bonne vitesse. Les ingés sons auraient volontairement accéléré les parties instrumentales avant que Vanian y colle sa voix. Le problème qui se pose pour les détracteurs des Damned, ce sont les bandes live. Le concert de Mont de Marsan, par exemple. Ou encore la BBC session de Novembre qui prouvent le contraire. Le groupe est tout à fait capable de jouer vite et bien contrairement à ce qui se dit…

Et fort heureusement, il n’y a pas que des esprits chagrins qui s’intéressent aux Damned. Le numéro 4 de Sniffin’ Glue fait l’éloge de l’album. Au même titre que Giovanni Dadomo, dans Sounds, et les concerts vont bon train. Les Damned ont le vent en poupe et vont finalement de succès en succès.

The Damned – Neat Neat Neat – 25 février 1977

Le 25 février, Stiff sort le deuxième single «Neat Neat Neat», avec une pochette vraiment dans l’esprit du groupe. Chacun a un sac papier sur la tête, troué au niveau des yeux, façon Elephant Man. Une tournée est organisée avec T-Rex, pour le plus grand plaisir de Captain Sensible, fan de Bolan & co. Elle débute le 11 Mars au Manchester Appollo et dure une quinzaine de jours. S’ensuit un passage TV à l’émission Supersonic où le groupe joue Neat Neat Neat.

Ce sont les Premiers…

Après avoir été les premiers punks anglais à jouer en France, les premiers à sortir un single, les premiers à sortir un album, les Damned ne lâchent rien. Ils deviennent les premiers punks anglais à jouer aux USA. Le 8 avril, ils débutent une série de concerts au CBGB’s de New York avec les Dead Boys. Ils devaient partager l’affiche avec Television au Whiskey A Gogo de Los Angeles, mais Tom Verlaine décline au dernier moment. D’après Vanian, Verlaine a peur que les Damned, extrêmement bien reçus aux USA, lui volent la vedette. De cette histoire naît une nouvelle chanson, «Idiot Box».

The Damned – Idiot Box

The Damned – Mai 1977 – Retour en Angleterre

Retour en Angleterre et enregistrement de la seconde Peel session le 10 Mai. Juste à la veille du début d’une nouvelle tournée, cette fois en compagnie des Adverts. L’affiche commune aux deux groupes est on ne peut plus punk: «les Damned peuvent maintenant jouer trois accords, les Adverts peuvent en jouer un, écoutez les tous les quatre» (+ dates des concerts).

the damned the adverts

La tournée s’étale sur 30 dates, jusqu’à fin Juin. Infatigables, les Damned trouvent une journée en cours de route, le 17 Mai, pour enregistrer deux titres en studio, «Stretcher Case Baby» et «Sick Of Being Sick» avec Shel Talmy, producteur des Kinks et des Who. Ces deux titres sortent en édition limitée à 5000 exemplaires début Juillet. Ils ne sont disponibles qu’en cadeau pour les fans qui viennent voir le groupe au Marquee.

Malheureusement, une embrouille entre le management du groupe et les responsables de la salle ampute les dates prévues, seulement deux concerts ont lieu. Les copies du single restantes sont offertes aux fans qui participent à un concours via le NME. Inutile de préciser que le disque devient collector très rapidement.

Mont de Marsan – 1977

Début Août 77, Brian James suggère de recruter un second guitariste pour qu’il puisse travailler ses plans lead, façon MC5, dont il est fan. Ils engagent alors Robert «Lu» Edmonds qui assure le premier concert à cinq à Mont de Marsan, le 5 Août. Le show est sauvage, et la compétition est rude. Cette fois-ci, il s’agit bien d’un festival punk (surtout le premier soir) aux côtés de Clash, Maniacs et Police. The Jam sont là mais ne jouent malheureusement pas.

The Damned – Music For Pleasure

Stiff Records met la pression sur le groupe pour qu’il enregistre un second album tant que le «mouvement punk est encore chaud» (sic). Mi-Août, les Damned entrent aux Britania Row Studios, propriété de Pink Floyd. Ils ont prévu d’enregistrer avec Syd Barett mais c’est le batteur Nick Mason qui les attend. Grosse déception pour James et Sensible. Ils témoignent que Mason ne leur semble pas être l’homme de la situation. Il passe des heures à parler de ses motos, de ses courses de voitures, mais leur musique ne l’intéresse pas. D’ailleurs, il ne la comprend pas.

Les Damned font un break et reviennent finir le travail courant septembre. L’album s’intitule «Music For Pleasure», un titre qui se moque du catalogue à petit prix de la major EMI.

Début Octobre, les Damned sont en France, mais Rat Scabies est fatigué. Il en a assez de tourner, il réunit le groupe et explique qu’il arrête, même si chacun lui demande de tenter le tout pour le tout. Jeff Berk, batteur de Johnny Moped avec qui il a partagé un temps son appartement le remplace. Berk connaît bien le répertoire. Il peut donc prendre la suite sans difficultés. Le 28 Octobre, Stiff sort un nouveau single, Problem Child / You Take My Money.

The Damned – Problem Child

Fin de la période Stiff Records…

Le 11 Novembre, les Damned débutent une tournée Anglaise avec les Dead Boys qui s’étale sur 24 dates. Le 11 Décembre, Stiff sort un dernier single Don’t Cry Wolf/One Way Love en édition limitée vinyl rose. Le même jour, le contrat est rompu. L’histoire avec les Damned s’arrête là. Vanian reproche à Jake Riviera d’avoir toujours eu de belles idées et de belles paroles sans n’avoir jamais rien fait. Stiff de son côté sent que le vent tourne. Le punk s’essouffle, les ventes du second album ne sont pas satisfaisantes.

The Damned – Don’t cry wolf

Les pauvres Damned débutent l’année 78 dans la déprime. Scabies ne fait plus partie de groupe et en février, Brian James annonce qu’il veut partir. Le 8 avril a lieu leur concert d’adieu au Rainbow de Londres…

… Avant de se reformer et de signer avec Chiswick Records. Mais c’est déjà une autre histoire.

Fernand Naudin

Les Damned en 1978 

Les DAMNED en 1978 : Children of the Damned, The Doomed et Les Punks