HEDY LAMARR (1914 – 2000) – la plus belle femme du monde

0
450

HEDY LAMARR – On lui doit le premier orgasme sur pellicule !

Le livre Stars Et Starlettes Du Noir Et Blanc  (cliquer ICI)  évoque en détail la vie de centaines d’actrices de la première moitié du Vingtième Siècle, entre autre celle d’ Hedy Lamarr.

stars et starlettes du cinéma noir et blanc
stars et starlettes du cinéma noir et blanc

Elle fut surnommée « plus belle femme du monde »

Surnommée la plus belle femme du monde par Louis B. Mayer, Hedwig Eva Maria Kiesler est née en Autriche, à Vienne, en 1914 dans une famille de la haute bourgeoisie. Elle commence à tourner très jeune (16, 17 ans) au début du parlant dans des films autrichiens puis s’installe à Berlin. Son cinquième film, dont les extérieurs sont tournés en Tchécoslovaquie et les scènes restantes en Autriche, lui apporte la renommée. Extase («Ecstasy») créa un scandale… mais quel choc !

La voir sortir nue de la rivière eut, en son temps, autant sinon plus d’impact que voir sortir Ursula Andress de la mer en bikini dans « James Bond contre docteur No » (1962).

Le film fit des gorges chaudes :

Présenté à Prague en janvier 1933, il ne sortit en Allemagne qu’en 1935 et aux États-Unis en 1940.

La nudité n’était pas la seule surprise que réservait le film dans lequel elle apparaît encore au générique sous son véritable patronyme.

Une scène d’orgasme a particulièrement choqué

« Extase » n’entrait pas dans la catégorie des films à caractère pornographique (la caméra s’était contentée de filmer le visage de l’actrice).

Son premier mari, Fritz Mandl, un multimilliardaire qui a bâti sa fortune sur la vente d’armes, fera des pieds et des mains pour en interdire la diffusion. Impossible! Il tentera, en vain, de racheter toutes les copies en circulation. C’est un enfer pour la jeune femme qui vit cloîtrée, enfermée dans leur somptueuse demeure (elle ne tourna pas une seule fois entre 1933 et 1938).

Bien que Juif, le mari d’Hedy entretenait des relations commerciales juteuses avec les nazis et les fascistes. Dans son château, il recevait Mussolini et Hitler, malgré tout le mal que le régime national-socialiste pensait du film « Extase ».

Très tôt, Hedy eut ainsi connaissance de l’avancée des envahisseurs barbares en matière de technologie militaire… des connaissances qu’elle mettra plus tard en pratique au profit de l’Amérique. De confession juive elle aussi, Hedy prit rapidement conscience que le sol allemand commençait à lui brûler la plante des pieds. Et puis, de toute façon, sa vie de couple était intenable. Elle drogua la domestique chargée de la surveiller et lui piqua son uniforme non sans avoir auparavant rassemblé et empaqueté tous ses bijoux. Elle fila se réfugier en France.

Hollywood…

Après Paris, un crochet par Londres pour rencontrer Louis B. Mayer qui suggère son pseudonyme en hommage à une actrice américaine disparue en 1926 à l’âge de trente ans et qu’il avait beaucoup admirée, Barbara La Marr. La voilà partie pour Hollywood où, invariablement, on lui proposera des rôles de femme fatale au charme exotique.

Bien qu’elle donnât naissance à deux enfants durant cette période, elle tourna dix-huit films entre 1940 et 1949. Le plus célèbre reste certainement « Samson et Dalilah », le dernier réalisé par Cecil B. de Mille (« B » n’étant pas l’initiale de Billet).

Une fausse note vint mettre un terme, en 1951, à un parcours jusqu’alors sans faute, sa présence en covedette avec Bob Hope dans «Espionne de mon cœur» («My Favorite Spy»), un film comique.

Une nouvelle passion pour la mécanique et l’électronique

Elle s’éloigna dès lors du grand écran mais se passionna pour la mécanique et l’électronique. Elle dépose en 1941 le brevet d’un système baptisé « étalement de spectre » autrement dit, « commutateur de fréquences ». Lamarr apporta une contribution décisive à la victoire des Alliés puis l’invention fut oubliée. Le système était si avancé que la US Navy déclara qu’il était impraticable et considéra avec mépris l’explication que certaines parties fonctionnaient comme le mécanisme d’un piano mécanique (source wikipedia).

Ne tournant plus beaucoup, elle dilapida sa fortune et se retrouva sans le sou.

En 1960, elle est arrêtée pour vol à l’étalage.

En 1966, elle est prise en flagrant délit de vol de produits de beauté dans une grande surface. La beauté… la sienne, surtout, l’obsédait. Elle eut recours à la chirurgie esthétique et le résultat s’avéra calamiteux. Hedy enfin se consacra à la rédaction de ses mémoires, «Ecstasy And Me», l’une des dix autobiographies les plus érotiques de tous les temps, selon le mensuel Playboy. Il est vrai que la dame était chaude bouillante. Elle fut mariée six fois à des hommes qu’on a rapidement oubliés.

HEDY LAMARR
HEDY LAMARR

En revanche, ses amants, innombrables, eux, sont célèbres, de Charlie Chaplin à John Kennedy, de Jean-Pierre Aumont à Robert Capa, de David Niven à Marlon Brando, d’Errol Flynn à Charles Boyer, de George Sanders à Spencer Tracy… A la sortie de cette sulfureuse bio, l’image de l’actrice en prit un sale coup car, pour la société américaine bien pensante, d’aussi nombreuses aventures extraconjugales étaient inacceptables (les anecdotes les plus nauséabondes contenues dans le livre paru en 1967 ont été inventées par son nègre).

Elle se retira définitivement de la vie publique en 1981. Elle mourut en janvier 2000.

Daniel Lesueur

A lire également :
« MENACES », tourné en 1938, ne sortit qu’en 1940…