L’heure du succès international pour Peter Gabriel

L’album So publié le 19 mai 1986, est marqué par un épanouissement presque palpable. Pour un artiste souvent placé à l’avant garde de la pop music, son succès auprès du grand public est unique. Il est le fruit de sa collaboration avec le producteur Daniel Lanois, connu à l’époque pour ses merveilles réalisées sur The Unforgettable Fire (U2). Sa réussite ne doit pas pour autant éclipser ses nombreuses qualités. 35 ans plus tard, le charme de So opère toujours.

Joyau après joyau

Peter écrit le morceau Red Rain suite à un rêve récurrent, dans lequel il se retrouve à nager dans une mer rouge. Déjà entouré des ses fidèles acolytes Tony Levin (basse), Jerry Marotta (batterie) et David Rhodes (claviers), Daniel Lanois l’incite à renforcer son orchestre de quelques pointures, notamment la section rythmique. Ainsi le batteur Stewart Copeland, orphelin du groupe The Police, récemment dissous, vient tenir les baguettes sur un titre, et les cymbales sur la Mer Rouge

Peter Gabriel – Red Rain

Musicalement, Sledgehammer est un hommage rendu à ses propres influences, en particulier le performer Otis Redding et son label Stax Records. Atypique dans la discographie de Peter Gabriel, il brille par son énergie et son influence soul, mise en évidence par son final distinctif où le chant principal instaure un dialogue avec les choeurs.

Le texte est chargé de métaphores sexuelles. Le coup de massue (sledgehammer) par exemple, fait allusion à un autre genre de bricolage…

« Show me round your fruitcage
Montre moi ta cage à fruit
’cause I will be your honey bee
Parce que je veux être ton abeille à miel
Open up your fruitcage
Ouvre ta cage à fruit
Where the fruit is as sweet as can be »
Là où ce fruit est aussi sucré que possible

Soutenu par un clip impressionnant, il est numéro un dans sept pays et contribue largement au succès de l’album So. Il devient, et reste à ce jour, le plus grand succès de Peter Gabriel. On peut noter la présence de Manu Katché, jeune batteur mis à contribution sur trois autres titres…

Peter Gabriel – Sledgehammer

Manu Katché que l’on retrouve sur le langoureux et obsédant Don’t Give Up. Ce titre évoque les tourments d’un citoyen anglais au chômage dans l’Angleterre de Thatcher, et les tentatives de réconfort de son épouse.

Peter Gabriel & Kate Bush

A l’origine, ce standard impérissable est écrit pour un duo avec la chanteuse américaine Dolly Parton. Mais malgré un rapprochement opéré par Peter Gabriel dans le but de la convaincre, la country-girl refuse. Kate Bush, amie du compositeur ayant déjà collaboré avec lui sur l’album Melt (le 3eme), accepte de la remplacer. Pour un tube impérissable, et notre plus grand plaisir…

Peter Gabriel – Don’t Give up

Dans la foulée, le titre In your Eyes, avec la présence au chant de Youssou N’dour et celle dans les choeurs de Jim Kerr (Simple Minds), est le troisième single extrait de l’album. Il décroche également la timbale aux Etats-Unis, et permettra à l’artiste sénégalais de faire une carrière internationale en signant sur le label Real World créé par Peter Gabriel.

Mercy Street est peut être le joyau définitif de ce cinquième opus. Un titre à l’instru lancinante et à la mélodie envoûtante inspiré par la poétesse Anne Sexton. Peter Gabriel pose un regard nostalgique sur son enfance envolée…

“Let’s take the boat out, wait until darkness comes…

In your daddy’s arms.”

Peter Gabriel – Mercy Street

Big Time est un titre fortement influencé par la funk des 80’s. Stewart Copeland reprend la batterie, et Daniel Lanois sa guitare surf. Comme souvent, c’est le trompettiste émérite Wayne Jackson qui assure les cuivres sur les compositions de Peter. Quant à la chanteuse P.P Arnold (Ike & Tina, Humble Pie, Nick Drake), elle amène sa touche soul dans les choeurs…

Big Time

A l’image de ses précédents albums, la conclusion est d’une grande beauté. Un titre dominé par un instrumental accrocheur, ainsi que deux voix finement robotisées. La musique est l’œuvre de la violoniste américaine Laurie Anderson, musicienne expérimentale et future Madame Lou Reed. Elle l’incluera par la suite sur son propre opus. Dans la version figurant sur l’album So, elle est présente aux claviers, et dans les chœurs…

Tandis que Bill Laswell claque une ligne de basse imparable, et que le grand Nile Rodgers (Chic et David Bowie) apporte son groove à six cordes…

Peter Gabriel – This is the Picture (Excellent Birds)

Comme on pouvait s’y attendre, le succès planétaire de l’album, aura pour effet d’inciter le compositeur à se recroqueviller dans sa tanière.

So

Hormis des collaborations avec Robbie Robertson et Joni Mitchell, ou Passion, bande originale du film La Dernière Tentation du Christ (Martin Scorsese), Peter Gabriel se fera discret, se consacrant à la promotion de talents venus d’Afrique (Youssou n’dour, Geoffrey Oryema, Doudou N’diaye Rose). Il faudra patienter six ans avant de le voir publier un nouvel opus.

Serge Debono

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.