Marlene Dietrich et « Lili Marlene »

0
216

Sa version n’était pas la première !

Marlene DIETRICH
Marlene DIETRICH

« Lili Marlene », c’est la plainte du soldat sur le front. Impuissant, cloué face à l’ennemi, tandis que la femme de ses pensées est avec un autre homme. Face à la mort, et, pire encore, déchiré par l’idée de ne plus jamais revoir Lili, il se souvient de leur première rencontre, sa beauté, son visage à la lueur d’une lampe, leurs ombres qui se joignent et se touchent, suggérant de futures étreintes.

Qui est Marlene Dietrich ?

Maria Magdalena Von Losch est née en 1901 à Berlin (elle tourne d’ailleurs dans La Scandaleuse de Berlin en 1948) ; histoire d’amour et de désamour avec sa ville natale : décidée à retourner y vivre en 1960, l’accueil y fut glacial voire hostile, raison pour laquelle elle choisit Paris pour finir sa vie (1992).

Marlene DIETRICH
Marlene DIETRICH

« Son nom commence par une caresse et finit comme un claquement de fouet » (Jean Cocteau)

Sa place dans la longue liste des chanteuses étrangères qui ont chanté en français se justifie par la qualité de ces chansons (Quand l’amour meurt, 1931… Assez! et Moi j’m’ennuie en 1933… Symphonie en 1945… Je tire ma révérence et, sur des paroles de sa grande amie Edith Piaf, La vie en rose, qu’elle interprète en 1950 dans Le grand alibi, film d’Alfred Hitchcock).
Ayant rejeté l’Allemagne nazie, elle obtient la nationalité américaine en janvier 1941. La CIA lui propose de chanter pour les soldats. Pendant trois ans, elle parcourt les champs de bataille en jeep, à moto ou même à pied sous le feu des projectiles (elle recevra d’ailleurs la médaille de la Légion d’Honneur en 1951 en remerciement des services rendus à la France et à sa participation à de nombreuses œuvres sociales).
En souvenir des années de conflit et de son implication, Marlene conserve Lili Marlene à son tour de chant, une chanson tellement attachée à sa forte personnalité que bien peu d’artistes se risqueront à la reprendre pour leur compte (Connie Francis, Amanda Lear… précédées par Suzy Solidor qui en délivra une version en français qui servira de générique à Fernsehsender Paris, la chaîne expérimentale de télévision française sous l’occupation, directement destinée aux soldats allemands en convalescence à Paris).

La version de Dietrich n’était pas la première !

La beauté d’une chanson, c’est capital pour en faire un succès… Mais la qualité de l’interprétation a son mot à dire. Un célèbre critique avait décrété que Marlene Dietrich était la seule artiste capable de donner à une chanson érotique des allures de comptine! Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que nul n’ait retenu la version originale, celle enregistrée par la vedette de cabaret Lale Anderson en 1939 sous le titre légèrement différent de Lili Marleen; tout le monde reste persuadé que cette chanson fut créée par Marlene. Or, si la mélodie de Lili Marleen remonte effectivement à 1939, ses paroles furent écrites en 1915, alors que Marlene n’avait que 14 ans, et était totalement inconnue! cliquez successivement sur nos liens pour écouter les différentes versions…