Jean Gabin et Marlene Dietrich, l’impossible amour

0
378

Chacun des deux avait quitté l’Europe: Marlene pour fuir le nazisme, Gabin pour le combattre

Jean Gabin et Marlene Dietrich : on avait lancé Dietrich pour concurrencer Garbo. On raconte même qu’on peut voir les deux dans une scène de LA RUE SANS JOIE (1926)… mais sur la question, les avis des cinéphiles sont partagés. Le mystère ne sera jamais élucidé… J’ai néanmoins tenté d’éditer la scène en question, sortez vos meilleurs yeux !

C’est dans une maison de Sunset Boulevard précédemment occupée par l’inégalable Greta que Marlene l’Allemande et Gabin le Français vont vivre durant près de deux ans une passion amoureuse qu’ils tenteront en vain de faire renaître en Europe.

Jean Gabin et Marlene Dietrich : Mariés chacun de son côté

En ce qui concerne Marlene, c’est simple : le 17 mai 1923 elle avait épousé Rudolf Sieber dont elle eut le 13 décembre 1924 une fille, Maria Elisabeth Sieber. Jean, lui, était marié depuis fin novembre 1933 avec Anne Mauchain dite Doriane, une meneuse de revue et danseuse nue du Casino de Paris. Il en divorcera en janvier 1943, peut-être à cause de Marlene… Il avait eu néanmoins une idylle avec Michèle Morgan deux ans avant de tomber amoureux de l’héroïne de « L’Ange bleu ».
C’est cependant avec « Dominique » (mannequin de chez Dior), Christiane Fournier qu’il se remariera en 1949.

2 septembre 1939… Gabin est mobilisé

Il est versé à Cherbourg dans la marine de Guerre. En théorie il peut – plus ou moins – se libérer pour tourner. Il obtient notamment une permission exceptionnelle pour le tournage de Remorques. Mais lorsque le cinéma passe entièrement sous l’administration tutélaire des nazis, il préfère éventuellement tirer un trait sur sa carrière que collaborer… «éventuellement» car, connu mondialement, il peut sans doute trouver des contrats en dehors de la France.

Jean Gabin-Marlene Dietrich
Jean Gabin et Marlene Dietrich

Le 2 février 1941, Gabin s’embarque pour l’Amérique. Il y retrouve ses compatriotes Charles Boyer, Julien Duvivier et Jean Renoir et tourne deux films à Hollywood: « Moon Tide » et « The Imposter ». Il y fait surtout la connaissance de Marlene… une Américaine. Elle s’est fait naturaliser, ayant abandonné la nationalité allemande en 1937. C’était pour contrer Goebbels et le Parti nazi. Hélas, stupide injustice, le peuple allemand ne lui pardonnera jamais d’avoir renié son pays de naissance.

Jean Gabin et Marlene Dietrich : Amants jusqu’en 1947… mais pas sans mal !

Marlene et Jean se sépareront définitivement en février 1947 mais leur idylle avait traversé des turbulences… En avril 1943 Jean s’engageait volontaire dans les Forces françaises libres du général de Gaulle. On l’envoie d’abord à Alger puis il devient second maître chef de char et participe à la victoire du Régiment blindé des fusiliers marins de la Seconde division blindée du général Leclerc. Il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre. Durant cette période il ne fut pas question, évidemment, de tournage !


La guerre l’aura marqué, c’est avec les cheveux blancs qu’il se représentera en 1945 devant la caméra.

Marlene avait pris la décision de le suivre en Europe

Elle aussi prit une part active dans la lutte contre l’ennemi allemand. Pendant trois ans, elle délaissa sa propre carrière au profit du moral des troupes, parcourant les champs de bataille en jeep, à moto ou même à pied, et souvent sous le feu des projectiles (elle recevra d’ailleurs la médaille de la Légion d’Honneur le 13 octobre 1951 en remerciement des services rendus à la France et à sa participation à de nombreuses œuvres sociales). Ensemble ils avaient tenu bon pendant la guerre.

marlene dietrich et jean gabin

Jean Gabin et Marlene Dietrich : C’est la paix revenue qui va les séparer !

Deux tourtereaux devant la caméra ! A la Libération, ils envisagent de tourner ensemble pour ne plus jamais être séparés. Marcel Carné propose à Jean le rôle principal des «Portes de la nuit». Mais Marlene refuse celui qu’on lui a réservé : elle serait la fille d’un collabo !
D’un bloc, tous deux déclinent l’offre. A la place ils vont s’illustrer dans « Martin Roumagnac », un film historique qui cependant n’est pas une œuvre magistrale.

Leur union risque-t-elle de tuer leurs carrières respectives ?

… à la suite de l’échec de ce film en tandem, Marlene est quasiment ruinée. Elle doit retourner à Hollywood pour se remettre à flots. Gabin, lui, refuse de quitter Paris une nouvelle fois. C’est la fin d’un grand amour.

Daniel Lesueur