Valerie Hobson (1917 – 1998)

0
132

Une légende du cinéma britannique…

presque inconnue en France

Si les bios ne manquent pas sur Gérard Philipe (avec un seul « p », il était d’ascendance britannique), en France, on ignorait encore tout sur sa partenaire dans Monsieur Ripois, Valérie HOBSON avant que paraisse le livre Stars et Starlettes du noir & blanc qui évoque la vie de centaines de vedettes féminines du grand écran.

Valerie Hobson (1917 – 1998)
Valerie Hobson (1917 – 1998)

Le scandale, parfois, ne vient pas des actrices elles-mêmes

Un excellent exemple est celui de cette star d’origine nord-irlandaise.
Elle débuta toute jeune dans La Fiancée de Frankestein avec Boris Karloff (1935). En 1937, au côté de Douglas Fairbanks Jr., elle avait été la covedette du film de Raoul Walsh, When Thief Meets Thief (Les Deux Aventuriers). Fairbanks était une connaissance du futur ministre de la Guerre anglais John Profumo que Valerie épousera quinze ans plus tard. C’est lui qui créera le scandale, d’ailleurs appelé Affaire Profumo.

Le premier mari de Valerie Hobson, Tony Havelock-Allan, fut le producteur du film de 1945 Brève Rencontre.
Elle figura dans de très nombreux films britanniques du début des années trente au milieu des années cinquante. L’Espion noir (1939), The Interrupted Journey, Noblesse oblige (1949), Voice of Merril (1952), Monsieur Ripois et Background (1953), Knave of Hearts (1954) et BRIEF ENCOUNTER (hélas avec des sous-titres grecs).

Valerie Hobson (1917 – 1998)
Valerie Hobson (1917 – 1998)

L’Affaire Profumo

Le ministre des Armées avait une maîtresse, Christine Keeler, qui partageait sur l’oreiller les secrets d’État avec un attaché d’ambassade russe. Dans la vie comme à la scène (elle avait interprété plusieurs fois le rôle d’épouse déçue ou trahie), Valerie était une femme bafouée. Pour tout savoir sur cette période trouble de la capitale britannique, notamment L’Affaire Profumo, voir le livre Sexpionnage à Londres.

Daniel Lesueur