Where is my mind des PIXIES : Histoire d’un état modifié de conscience

0
433

Where is my mind : un état de conscience modifié

Where is my mind: le plus gros succès des Pixies est paru sur l’album Surfer Rosa en 1988. Cette chanson a été écrite quelques années auparavant par leur chanteur et guitariste Frank Black alors qu’il pratiquait la plongée sous marine dans les Caraïbes durant ses études. Il va s’en dire que son succès a été décuplé lorsque le titre s’est retrouvé dans la Bo du film: Fight Club en 1999. Une recette incroyablement efficace: énergie, sens de la mélodie, violence, humour et un brin de magie. En effet, les «Pixies» sont en réalité de petits elfes malicieux. Un nom de groupe choisi dans le dictionnaire parce qu’il sonnait bien… intuitif et efficace.

Pixies : Where is my mind

Album – Surfa Rosa – 1988

Il y avait en effet tous les éléments d’une recette un peu magique dans ce premier album des Pixies. Une capacité à poser une poésie un peu surréaliste sur un rock vitaminé. Simple et bougrement efficace, telle une douche froide et électrique. Le son de ce premier opus a de fortes influences garage rock grâce à cette batterie lourde et hautement présente: un choix judicieux de l’ingénieur du son Steve Albini. (Il produira entre autres In Ultero, le 3ième album de Nirvana). Mais un coup de génie transcende cette simple recette. Une étrange et redondante vocalise qui s’intègre dans le morceau comme le cri d’un mammifère marin… tel un chant de sirène dans un univers narco-aquatique.

where is my mind pixies
The Pixies – Album Surfa Rosa

« Where is my mind » pourrait facilement nous plonger également dans un état modifié de conscience. Ces nombreuses reprises aux arrangements parfois originaux sont aussi là pour valider son statut de chanson culte.

Auguste Marshal

Cover exceptionnelle par le groupe Nada Surf

Citations de Frank Black :

Si un martien débarque sur Terre et qu’il me demande : «Qu’est-ce que c’est le rock’n’roll ?» Je lui fais écouter les Ramones.

Iggy est le seul mec sur lequel je me calque. Je peux écouter un album des Pixies et dire: « Oh ouais, il y a du Iggy Pop là-dedans ».

A lire également :

Placebo et Frank Black : Where is my mind