Les Roadrunners, Frandol et le Rock au Havre

0
824

1er album Beep Beep

Il y avait évidemment beaucoup d’humour chez les Roadrunners comme en atteste le titre Beep Beep de ce premier album sorti en 1987. Le groupe originaire d’Evreux a posé ses valises pendant pas mal d’années aux Havre. A leurs débuts, les voici soutenus par LA figure locale incontournable, l’inépuisable Little Bob. Ils démarrent au début des années 80 et attendront cinq bonnes années de rodages sur les scènes locales, avant de franchir le sasse des premiers studios d’enregistrements. Avec Little Bob et cette énergie de cohésion, on pouvait s’attendre à du 100% pur rock’n’roll pêchu et électrique.

roadrunners album beep beep behind the doors

Mission accomplie ! Ce premier mini album remplit nos attentes dans un pur jus de garage rock et d’inspirations pop. Les textes sont en anglais, avec des compos mémorables. Umbrella ou Behind the door feront longtemps partis du répertoire scénique du groupe. On ressent une forte inspiration des Who, Kinks, Pretty Things ou autres Jam. Les albums suivants affineront leur couleur musicale, avec l’affiliation au label Boucherie Productions.

«Boucherie est une maison de disque à échelle humaine. Les gens sont sympas et respectent ce que vous faites. François (Hadji-Lazarro, patron du label et chanteur du groupe Pigalle) connaît les galères quotidiennes que peuvent rencontrer un groupe.»  – L’humanité 1995

Les Roadrunners faisaient partie de ces musiciens à l’époque en marge du système commercial. Cette période un peu spéciale drainée par un réseau sans précédent de fanzines, radios assiociatives et labels indépendants. Mais en 1987, ce premier skeud est une production des plus indépendante. Il dégage la fraîcheur et la simplicité d’un rock’n’roll débordant de peps et de vitalité.

Behind the door

Les Roadrunners étaient emmenés par François Pandolfi, chanteur, guitariste, auteur-compositeur et bête de scène charismatique. Il portera son groupe jusqu’en 1997, après avoir sorti un dernier album : Sales Figures, où le métissage « franglais » laissait déjà présager les aspirations de son futur nom de scène…

Frandol, toujours aussi Rock, mais en français dans le texte.

Beep Beep n’en reste pas moins, tout comme le coyote de la Warner, un album qui déferle à cent à l’heure!

Auguste Marshal