Last Train – Nouvel album : The Big Picture

0
167

Le rock français qu’on attendait depuis des années

Last Train
Last Train

Un déluge de sons et de mélodies brutales et envoûtantes

Last Train – The Big Picture :

Ne tournons pas par quatre chemins et ne coupons pas les cheveux en quatre non plus.

Voici, ni plus, ni moins, que l’album de la rentrée. En prime, il est français ! Et qui plus est, il renouvelle le genre. Un disque qui s’enfonce dans des méandres rock, là où très peu de groupes se sont engagés.

Il faut le dire d’emblée, et ce n’est pas rien, Last Train est un groupe de scène avant tout et on a testé avant la sortie de ce deuxième album très attendu. Soit une déferlante de guitares aigües mêlées à un chant tout en rupture. Et là est la clé de voûte de ce très attendu deuxième album. (Souvent considéré comme raté ou tout au plus correct).

On est resté scotché par tant d’audace réussie. Donc, on résume : Last Train est un quatuor français alsacien qui se connaît depuis leur plus tendre enfance et ça se sent. Timothée Gérard à la basse et Antoine Baschung (désolé, on a n’a pas vérifié s’il y avait un lien de parenté) à la batterie enrobent les envolées débridées du guitariste Julien Peultier et du chanteur et guitariste Jean-Noël Scherrer dont la voix est un condensé de Liam Gallagher, d’Oasis, de Nick Cave, de Robert Plant et de Tom Waits, avec un poil de John Lennon. Rien que ça !… Et en prime il en joue sans en rajouter.

Last Train – Disappointed

The Big Picture est une aventure sans retour du côté sombre du rock tout en revendiquant des envolées pop irrésistibles, hyper bien produites. Last Train ose tout : du rock brut et efficace comme « All Alone »« Scars » ou « Disappointed «  jusqu’à l’aventure ultra efficace de « On Your Knees » plus de huit minutes où un synthé s’envole au-dessus d’un rythme effréné. On va mettre en exergue la pièce maîtresse qui donne le titre à l’album: « The Big Picture », dix minutes que n’aurait pas renié Led Zeppelin dans ses grandes heures, avec un blues déchirant et déchiré, entouré d’un grand orchestre symphonique. Il fallait oser, sans être grandiloquent, ce qui est très bien exécuté.

Last Train – The Big Picture – Live

Le reste n’est surtout pas à jeter, d’autant que le groupe se permet un hommage aux Beatles avec un original « Right Where We Belong » et un autre de Radiohead sur « Tired Since 1994 ». Un album où il n’y a rien à jeter. Sur l’île déserte il faut tout emporter comme le chantait si bien l’ami Brassens.

En ajoutant Lisystrata et Jessica 93, on tient une triplette qui devrait faire parler d’elle au-delà de l’hexagone, si les boîtes de prod le décident.

Last Train – The Big Picture

Universal Music / Deaf Rock Records

Patrick Bénard