Graham Maby et Joe Jackson, le duo légendaire !

0
296

Joe Jackson et Graham Maby : la complémentarité !

Joe Jackson et Graham Maby
Joe Jackson et Graham Maby

« Il n’y avait rien de provisoire dans le jeu de Graham »

C’est aujourd’hui de notoriété publique, Graham Maby est de toute évidence un bassiste talentueux. Doté d’un son et d’un style facilement reconnaissable, son jeu est d’ailleurs souvent aujourd’hui étudié par les apprentis bassiste. Il est en outre, le bassiste qui accompagne le non moins exigent et créatif Joe Jackson depuis plus d’une quarantaine d’années.

Les rares confidences de Joe Jackson…

Dans l’autobiographie de Joe Jackson en 1999, A Cure for Gravity, l’auteur de Look Sharp et Steppin out s’abandonnait à quelques confidences à propos son ami bassiste. Un homme discret et réfléchi dont les compétences musicales ne sont plus à prouver. Joe Jackson avoue avoir besoin de son talent, de la précision et de la rapidité de ses extraordinaires oreilles, de son style savoureux, fluide et plein, d’une tonalité claire et doté d’un sens rythmique irréprochable. Plutôt gratifiant surtout lorsqu’on sait qu’il n’est pourtant pas dans les habitudes de Joe Jackson de s’épandre en compliments.

Joe Jackson se rappelle de son jeu des débuts:

« Il n’y avait rien de provisoire dans le jeu de Graham. Chaque note était jouée avec conviction; chaque note sonnait juste. Il était aussi modeste et discret qu’il était talentueux ».

On raconte que Graham Maby a été biberonné de musique dès le berceau, sa mère écoutant des heures durant les ondes musicales de la BBC. Et quand le hit des Beatles: Love me do a envahi les radios, Maby a eu comme une espèce de prise de conscience. Peu de temps après avoir demandé une guitare acoustique pour son 16ième anniversaire, un ami musicien l’encourage à l’échanger contre une basse Eko d’occasion.

Graham Maby:

« C’était comme un éveil lumineux. Je me suis immédiatement enfermé pendant quelques mois et j’ai appris les lignes de basse de Paul McCartney, Jack Bruce, John Paul Jones et Roger Glover. J’ai joué aux doigts et au médiator dès le début, comme j’avais vu McCartney le faire. »

Graham Maby intègre peu à peu quelques groupes locaux. C’est à cette époque, en 1974, qu’un compositeur encore méconnu l’invite chez lui. Maby qui vient d’acheter récemment une Fender Jazz Bass, fait alors la connaissance de Joe Jackson, fraichement diplômé de l’Académie Royale de Musique de Londres. Ce dernier lui propose de rejoindre le groupe Arms and Legs en compagnie du chanteur Mark Andrew. Ils reprennent alors des grands classiques de Chuck Berry et des Stones, et quelques titres de Dr Feelgood. Ils enregistrent alors trois 45-tours, avant de se séparer en 1977. Déçu de cet échec, Joe se fait alors embaucher comme pianiste au Playboy Club de Portsmouth, un job alimentaire qui va lui servir à mettre en place son projet solo.

Joe Jackson – Is she really going out with him

Après quelques temps, Joe Jackson revient à la charge auprès de Maby, lui proposant un projet juteux. Un quatuor avec Joe au chant et au piano, dans lequel la basse serait l’instrument vedette. Graham Maby le suit alors sans hésiter en compagnie du guitariste Gary Sanford et du batteur Dave Houghton. Les rencontres s’enchaînent, notamment avec David Kershenbaum, producteur chez A&M, qui le signe pour l’album Look Sharp en 1978. L’album sort l’année suivante et s’est un succès immédiat. Le titre Is she really going out with him? se classe N°13 en Angleterre et N°20 aux États-Unis.

L’album Look Sharp: un style incisif marqué d’une agressivité maîtrisée, propulsé par la voix limpide de Joe et une énergie débordante bien que parfaitement maîtrisée. Le set est minimaliste, les morceaux reposent sur les lignes de basses rondelettes de Graham Maby… la promesse est tenue pour les débuts d’une relation musicale aussi fidèle que féconde: plus de quarante ans de carrière!

Auguste Marshal