Nous sommes les Fatals Picards !

0
691

Nous sommes les Fatals Picards !

Vous êtes déjà allés à un concert des Fatals Picards ? Moi non plus et ça ne pouvait plus durer !

J’ai donc profité de leur tournée mondiale en France pour aller les voir à côté de Chambéry le 8 mars 2019.
Et on ne va pas se mentir, j’étais dubitative. Pas tellement à propos de ce qu’ils allaient pouvoir donner sur scène, mais plutôt à cause de la salle.

Parce que ce groupe est tellement de gauche, que quand il vient en Savoie, il joue à l’espace François Mitterrand, à Montmélian. Ok, les gars, c’est beau les convictions, mais sérieusement… Un concert de rock assis ? Placé ? Sans bière ? Mais on va dans le mur, là, bordel !!!

A la vie, à l’Armor

Bon, en fait, on s’en est tous bien sortis, même l’amicale des retraités qui squattait le premier rang. Mais concert de rock oblige, ils avaient fait péter les jeans et les pantalons en cuir, pour le plus grand régal de Paul, le chanteur. Ils ont quand même dû se demander où ils avaient atterri l’espace d’un instant, quand le groupe a fait son entrée sur Thunderstruck, d’AC/DC : « Ah, je ne savais pas que c’était eux, ça aussi ! » Eux, c’est donc Paul, Laurent, Yves et Jean-Marc (« Nous sommes les Fatals Picards, bonsoir ! »), qui viennent nous balancer un concentré de rock absurde et déjanté, qui crache comme on l’aime (le son qui crache, pas les musiciens…).

Et à peine la chanson d’ouverture en l’honneur du con avec son drapeau breton finie (« A la vie, à l’Armor »), au rythme des Gwen ha du flottant ça et là, toute la salle était debout (bon, ok, pas tous les vieux des premiers rangs…).

On ne pensait pas qu’on allait se rasseoir… Et finalement… Les fauteuils moelleux et confortables, c’est bien pratique pendant les transitions de Paul. Ses intros, comment dire… Longues ?… Non, pas vraiment,… C’est plutôt que bon, si les autres ne se mettent pas à plusieurs pour lancer les morceaux et lui faire fermer sa grande g…….abegie verbale… Ben, y’aurait plus de blabla que de chansons. Remarquez, il faut dire aussi qu’on est sur de la vanne de qualité et que nous, bon, on a payé notre place, alors plus c’est long, plus c’est bon (ce qui, bon, on ne va pas se mentir… ). Mais enfin, pas tout à fait la même façon de voir les choses que ces feignasses d’intermittents qui assurent le concert et ne voulaient pas finir trop tard. Bref.

Le combat ordinaire

On ne va pas bouder notre plaisir. On a pris une bonne dose de rock, une bonne dose de son et d’énergie et une bonne dose de rigolade. Parce que c’est du punk, du rock mais aussi un véritable sketch ! Que demander de plus ? Une licorne ? Allez ! Ils sont passés à deux doigts d’un procès pour maltraitance animale, tellement le public a fait voler cette pauvre bestiole gonflable dans tous les sens pendant « Le Reich des licornes ».

Entre les chansons du tout dernier album, les incontournables comme « Bernard Lavilliers » , « Le combat ordinaire » ou « Mon père était tellement de gauche », « Nous sommes les Fatals Picards ! » (quand Paul te le répète dix fois, tu finis par savoir qui tu viens voir en concert. Ah, mais c’était peut-être pour les premiers rangs… Alzheimer, tout ça…) nous ont aussi gratifiés de quelques nouvelles chansons.

On bien sauté aussi sur leur reprise de « Banana split », enregistré avec Lio, et qui retrouve une deuxième jeunesse pour ses 40 piges (la chanson, pas Lio, suivez, merde !). On retiendra « Sucer des cailloux », véritable hymne d’amour au véganisme et au don de soi, dont le clip est sorti le 16 mars dernier. Comme quoi, la chanson engagée, ça existe ! Vous n’avez pas encore vu le clip ? Vous attendez quoi ? On y retrouve tout l’univers des Fatals Picards comme on l’aime : drôle et complètement barré (au passage, avez-vous reconnu la petite Belge qui fouine dans le réfrigérateur ?…) !

Sucer des cailloux

Vous avez lu jusqu’ici, mais vous vous demandez encore de qui je peux bien parler, en fait?
Les Fatals Picards, c’est LE groupe de rock qui a réussi l’exploit de placer la France en troisième position au concours de l’Eurovision avec sa chanson « L’amour à la française » en 2007. Vous aviez loupé l’info ? Alors c’est simple : vous prenez le classement de cette année-là. Vous allez à la fin. Vous remontez : bim ! En troisième position, voilà nos champions ! Et franchement, quand on voit leur prestation… Ça méritait mieux que ça ! Pour une fois qu’on était en train de rigoler plutôt que de pioncer !

L’amour à la française – Les Fatals Picards à l’Eurovision 2007

Alors l’Eurovision, ok, c’est bien, mais c’est loin.

 Et depuis, les Fatals Picards, vous les avez beaucoup vu à la télé ? Vous les avez beaucoup entendus à la radio ?

Eh ben voilà ! C’est le revers de la médaille pour les artistes libres : quand on est corrosif, on n’est pas médiatisé (surtout quand on s’est payé le luxe de se faire interdire une chanson sur la mort de Johnny). Quand on est libre, on n’a pas de maison de disque pour pousser dans les médias. Mais, en même temps, quand on est libre, on fait ce qu’on veut et on n’a pas à changer pour s’adapter à la loi du marché. Quand on est libre, on se tourne vers ceux à qui on peut donner sa confiance les yeux fermés parce qu’ils te suivent dans tes délires : le public.

Le 9 ième album est financé par un crowfunding

Et il suit ! Le neuvième album des Fatals Picards, comme le précédent et leur DVD live, a été financé grâce à un crowfunding.

Et ça, c’est bon, parce que ça leur permet de garantir leur indépendance. Et ça n’a pas de prix (Enfin si, celui du crowfunding, mais en même temps, pas complètement, tu vois, parce qu’on peut pas dire non plus totalement que l’album vaut ça, c’est tellement plus, c’est une aventure artistique, humaine, de l’amitié, de la bière, de la sexitude, des expériences, des relations avec les fans ; alors oui, attention, quand je parle de relations, en fait, ce que je veux dire, c’est que bon,…. STOP !).

Pour finir, vous savez quoi ? Les artistes libres et engagés, c’est rare ! On a intérêt à les protéger, parce que c’est une espèce menacée ! (Attention, truc de fou : ceci est une transition !) :

Leur prochain album, Espèces menacées, sort le 26 avril prochain. Pose ta journée et va l’acheter ! (et écoute-le aussi, à la limite, et même plusieurs fois, puisque bon, tu l’as, maintenant, et t’as plus rien d’autre à faire de ta journée…)

Et allez les voir sur scène ! Un concert des Fatals Picards, ça se lit pas, ça se vit !

(Toutes les dates de leur tournée sont en ligne sur leur site fatalspicards.com)

Delphine Hossa