DOGS – 4 Of A Kind (Vol 1)

1
815
POP CULTURE RADIO La Culture POP a enfin trouvé sa RADIO !
Genres : radio
La culture se partage !

DOGS – 4 Of A Kind (Vol 1)

Dogs

Dès la première écoute, dès les premiers accords / riffs du premier morceau, un sentiment jubilatoire vous gagne. La température monte d’un cran depuis l’abdomen jusqu’à l’entre-jambe. Le flux neuronal gorgé de dopamine devient décharges électriques qui vous électrocutent de la tête aux pieds. Dogs ! Quatre amoureux allumés, 4 Of A Kind (Vol 1), un concentré de rock’n’roll, de chansons défouraillées par des fondus, les New York Dolls meet Dr Feelgood au coin de la rue. Little Bob Story au Havre, Bijou à Paris, Dogs à Rouen, les enfants du rock français, classieux, intrépides, incorruptibles.

DOGS – Dreadful Times

4 Of A Kind (Vol 1) est originellement sorti en 1998, uniquement au format CD ainsi que sous un format vinyle introuvable – intégralement disponible sur le Web depuis. Au royaume du plastique et de l’immatériel, ce cri des dieux méritait bien un pressage vinyle digne de ce nom. Dommage qu’il faille pour cela attendre le fameux Disquaire Day, au mois d’avril prochain, comme s’il était besoin d’un prétexte alors que l’absolue nécessité fait Loi ! Prions pour qu’il ne s’agisse pas d’un pressage « collector », une édition limitée, qu’un maximum puisse en profiter … à un prix raisonnable.

(All I Want Is Some) Actions !

Évidence : The Strokes, The Libertines n’ont rien inventé. Mais, que l’on puisse identifier des aînés Rouennais parmi leurs références fait mentir J. Lennon : « Le rock français c’est un peu comme le vin anglais ». Si ce n’est pour la qualité du vin anglais …

Chacun reprenant inconsciemment (ou pas) ses propres influences, Les Dogs n’en sont pas exempts. Par choix, nous n’aborderons pas les sources qui baignent leur musique, l’aspect « historique » de leur œuvre. Pour cela, il existe un ouvrage définitif écrit par la sœur même de Dominique Laboubée, l’âme du groupe : Too Much Class … Dogs, l’histoire Catherine LABOUBEE (Editions La Belle Saison – 2013).

A. Marshal : « Comment Dominique vivait-il le fait de n’avoir jamais décroché de hit majeur ? »
C. Laboubée : « La musique n’a jamais été pour lui envisagée en termes de “carrière”, mais… Dominique jouait pour le plaisir et parce que cela lui était nécessaire, mais il savait ce qu’il valait, sans pour autant se croire supérieur: il était si exigeant sur ce qu’il produisait qu’il ne mettait en lumière que ce qui était de bonne qualité à ses yeux »

(L’entretien intégral sur ce même site)

DOGS – I’m Bad

Nostalgie ? Élitisme ? Snobisme ? « Boboïsme » ? Pourquoi vouloir écouter des chansons gravées sur du vinyle alors qu’elles ont certainement bénéficié d’une technologie numérique à un moment ou un autre de leur enregistrement ? Sur ce postulat, justifier sa préférence sous le sceau du tout analogique ne tient plus. Alors ? La chaleur de l’écoute, son grain ?

Dead Girls Don’t Talk

Manipuler une pochette en même temps que tourne le disque, se référer à ses notes, porter son attention à un visuel traduisant, via l’image, la « couleur » du contenu participent activement à l’écoute. Si cette affirmation vous parait ridicule, retourner à votre lecteur mp3, mp4, .WAV et consort. Dans le cas contraire, ne changeons pas d’un fil et patientons ensemble jusqu’en avril. Fébrilement.

Thierry Dauge

DOGS – 4 Of A Kind (Vol 1)Deviation Records – disponible au format vinyle le 22 avril

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.