La culture se partage !

PUBLIC IMAGE Ltd. – Albatross

Public Image Ltd

Un sommet ! Cet « Albatros » vole plus haut que la plus haute de vagues transcontinentales, ses ailes s’étendant par-delà les océans. Certes, l’ex Rotten à présent Lydon, coasse ses textes en troussant des graves à la limite d’une Marie-Jeanne plutôt saoule. Ne souhaitant pas faire tapisserie, Keith Levene pratique l’écorchure guitaristique sur ses trois cordes aiguës. La basse de Wobble, quant à elle, vrombit des infra-sons nauséeux, du type messages subliminaux sonores. Seul « normalité » musicale, la batterie. Oh ! Rien d’extraordinaire, une cadence où la caisse-claire gifle les autres instruments, maîtresse sado-maso aux ongles métalliques. Le chroniqueur aurait-il fumé ? Seules les exhalaisons sorties des enceintes le guident, rien de plus odoriférant que cela.

PUBLIC IMAGE Ltd. – Albatross

« Albatross » s’envole tout droit de la boite qui le contient, la Metal Box (1979). Trois maxi 45-Tours dans un emballage métallique représentant une boite de film 16mm. Ce contenant, une œuvre d’art ? Oui, sans hésitation. Pour le reste, la « musique » en question : s’agit-il de chansons ou d’expérimentation ? Performance artistique ou foutage de gueule ? La démarche ressemble à celle de Lou Reed lorsque ce dernier envoie Metal Machine Music (1975) tourner sur les platines. Chez les acquéreurs, fans invétérés ou curieux, la tiédeur n’a pas sa place. On aime ou on déteste. Dans les revues spécialisées, idem, on vilipende ou on sacralise.

Comme souvent, la scène permet d’apprécier bien d’avantage que le sillon. « Albatross » passe-t-il avec cohérence et/ou succès le jugement du public ?

PUBLIC IMAGE Ltd. – Albatross (live 2013)

Cet enregistrement live en terres australiennes est révélateur. Public Image Limited ou Ltd. ou PIL montre le visage d’une formation aguerrie, apporte de la profondeur à un morceau de rock alternatif et progressif. Sous cette forme, il n’apparaît plus si expérimental que ça. Les musiciens sont en place et John, du haut des trente kilos qu’il s’est accordé, « chante ». « Albatross », plus qu’un morceau alimentaire mis en conserve, vieillit tels les Grands Crus Classés. En 1979, personne n’aurait osé parier un centime sur cela…

Thierry Dauge

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
Article précédentALVARORTEGA, LES (RE)CRÉATIONS D’UN ARTISTE POP
Article suivantLe Collecteur de Pouvoirs : 12 novembre 1976 (short-story)
Amoureux des 70’s et du hard rock en particulier, Thierry Dauge est chroniqueur sur Culturesco par amour de l’écriture musicale. Co-auteur du livre"Pop rock - Les instruments de l'ombre" aux éditions du Camion Blanc, collaborateur de Vivi pour "Mes Années Trust", parce que le rock est loin d'être mort ...