La culture se partage !

FOO FIGHTERS – Wasting Light to Sonic Highways

Foo Fighters

Wasting Light to Sonic Highways, c’est un peu le « coming out » d’un musicien / groupe : Foo Fighters, qui, ce faisant, affiche clairement son appétence aux Beatles plutôt qu’aux Stones.

En 1995, Dave Grohl sort du deuil où le « suicide » de Kurt Cobain l’a plongé. Il propose une somme de chansons qu’il a entièrement composées, jouées et enregistrées sous le nom de Foo Fighters ; son premier album solo. Deux ans plus tard, à l’occasion de la parution de The Colour And The Shape, Foo Fighters devient un groupe. Quatre albums suivent jusqu’à Wasting Light en 2011. Si ce double 33-Tours, à jouer en 45-Tours, suit son aîné de quatre ans, deux ans plus tôt Grohl s’est associé à Josh Homme et John Paul Jones pour créer Them Crooked Vultures (2009), le groupe et l’album.

Foo Fighters

L’expérience fait office de détonateur. Le multi instrumentiste, de retour à la batterie pour l’occasion, y puise des structurations musicales nouvelles. Quelque chose s’est incontestablement produit. Depuis, son propos s’est libéré, a mûri. Exit le grunge, bonjour l’expression libérée de son inspiration.

FOO FIGHTERS – Bridge Burning

Cette « ouverture » musicale se traduit par l’injection de « pop » dans le rock dru et cru que Foo Fighters délivrait jusque-là. Et si Wasting Light affiche un profil très heavy, plutôt métallique, Sonic Highway adopte des mélodies moins radicales.

What Did I Go / God As My Witness

En Face A, de « Something From Nothing » qui démarre timidement pour monter crescendo vers un heavy rock brutal, de « The Feast And The Famine » au final punk / coup de poing jusqu’à « What Did I Go / God As My Whitness » au final très « I Want You » d’Abbey Road, via « Congregation » de facture power pop, la palette est large. En Face B, les quatre titres alternent moments cristallins et bourrasques, un peu à la manière d’un Green Day, base heavy lorgnant vers un big rock U.S. « I Am a River » qui clôt Sonic Highways illustre parfaitement cette tendance.

FOO FIGHTERS – The Feast and The Famine

Une étape supplémentaire est franchie sur Concrete And Gold (2017), un pas de plus vers une pop heavy sonnant Lennon / McCartney. Doit-on blâmer Mr Grohl pour autant, crier au retournement de veste, lui lancer l’anathème ? La musique de Foo Fighters reste mordante et … agréable à écouter. Et si le qualificatif « d’agréable » peut choquer les puristes, celles et ceux dont les oreilles sont immanquablement orientées en direction de Nirvana, il a de quoi satisfaire les amateurs, si ce n’est d’éclectisme, pour le moins de « variété ». Le monolithisme sied aux menhirs, les amateurs de rock savent louvoyer.

T-Shirt / Run

Bien sûr, il existe une large frange d’aficionados qui pratique le groupe par son versant le plus « raide ». Sachant se montrer abrupte, la voix de Dave Grohl y fait pour beaucoup. Sa capacité à hurler, à se déchirer la gorge, booste la moindre phrase « heavy popy » qui garnit ses dernières productions (auparavant également ?). Reste que ces amateurs de « bruit » pourraient bien suivre sous peu un régime amaigrissant …

FOO FIGHTERS – White Limo

Que dire de Medicine At Midnigfht (2021) et son premier single « Shame Shame », aussi déstabilisant à la première écoute qu’a pu l’être Villains (2017), le dernier opus en date de Queens Of Stone Age ? Que l’auteur / compositeur / interprète et démiurge de Foo Fighters continue d’évoluer ? « Ce qui ne tue pas rend plus fort », les rockeurs en ont vu d’autres en matière de résilience …

Shame Shame

« La honte ! ». Dans ce qu’on pouvait musicalement attendre de la part des Fighters en 2021, même les esprits les plus fous n’avaient osé s’aventurer jusque-là. Doit-on s’en réjouir ou en pleurer ?… Allez, après tout, soyons Foo !

Thierry Dauge

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
Article précédentCOUNTRY JOE & THE FISH, l’acid rock de San Francisco
Article suivantBorboletta, le trip amazonien de Carlos Santana
Amoureux des 70’s et du hard rock en particulier, Thierry Dauge est chroniqueur sur Culturesco par amour de l’écriture musicale. Co-auteur du livre"Pop rock - Les instruments de l'ombre" aux éditions du Camion Blanc, collaborateur de Vivi pour "Mes Années Trust", parce que le rock est loin d'être mort ...