Les Satellites – Pied Orange et Rice Cooker

0
264

La fin des années 80 et le débuts des 90’s a marqué en France l’engouement pour ce qu’on a appelé à l’époque: la scène rock alternative. Ils étaient un certain nombre de groupes rock très électriques, largement imbibés de l’énergie punk, et dont la plupart s’exprimaient dans la langue de Molière. Le label Bondage était l’un des acteurs notoires de cette scène alternative, avec pas mal de belles découvertes. Difficile d’oublier les Bérurier Noir, Ludwig von 88, les Washington Dead Cats, Parabellum ou  les Satellites

Les Satellites : alternatif et festif

les satellites - rice cooker

Originaires de Versailles, les Satellites émergent en 1987 chez Bondage Records avec un premier album intitulé Du groove et des souris. Une petite réputation de groupe fun et bien rentre dedans, leur colle rapidement à la peau. C’est alors le démarrage des premières tournées des festivals, puis des salles parisiennes de renom (Bataclan – Olympia). Leur deuxième album est enregistré et sort tout d’abord chez Bondage. Puis les Satellites signent chez Sony pour les deux albums à suivre.

Les Satellites : Rice Cooker

Le plus flamboyant de tous, reste probablement Pied Orange. L’album sort en 1990, et dévoile une production aboutie avec des accents groove aux harmonies proches du reggae. Une musique qui pourtant ne laisse jamais s’estomper cette puissance électrique dans les guitares. Sans oublier cette veine humoristique et festive, qui était largement cultivée aussi bien dans les textes que dans l’image scénique du groupe. C’est au fond, ce qui fit l’originalité des Satellites! Un rock énergique et enjoué, porté par des textes gonflés à bloc de dérision et d’humour second degré.

Le nez à la place de la bouche

Exemple parlant, « Le nez à la place de la bouche », ou l’interrogation existentielle, version « comics », est une chanson portée par des choeurs brûlants façon Kate Pierson (B-52’s) – et une section de cuivre dynamitant par feux et flammes, joie et bonne humeur communicative.
Donner du plaisir, n’est-ce pas la vocation primaire d’une chanson ou d’un groupe?

Pour les avoir vus en Live, ces Satellites là, avaient le pouvoir de propulser l’auditoire sur les hautes sphères de la bonne humeur et des envies festives… A bien y regarder, ça mérite tout de même un grand Merci!

Auguste Marshal