Calvin Russell – Crossroads ouvert grâce à Patrick Mathé de New Rose

0
494

Qui était vraiment Calvin Russell?

Calvin Russell est décédé le 3 avril 2011 à l’âge de 62 ans des suites d’un cancer du foie. Le bluesman texan laisse derrière lui une vingtaine d’albums et l’image d’un homme de cœur, empreint d’une sincérité débordante. Faut dire qu’il avait le look, coiffé de son indécrochable Stetson, le corps décharné, avec ce visage buriné de bluesman, et cette voix rauque et éraillée à faire pâlir. Un personnage d’un autre monde, desperado qu’on imagine tout droit sorti du far west. Son histoire de vie tout en rebondissement pourrait largement servir le scénario d’une production cinématographique.

Interview : Sa première guitare

Guitariste a douze ans!

Guitariste des son plus jeune âge, sixième marmot d’une famille de neuf enfants, il va rapidement fuguer le domicile familial et survivre sur la route, de petits jobs en vols à la tire. Et oui, le blues, quant il le chante, c’est du vécu. La misère, les galères, les séjours en prison, l’homme les a connus. Pas étonnant qu’il insuffle cette émotion avec autant d’authenticité et de loyauté.

« Je suis né à Austin, au Texas. Mon père faisait la cuisine dans un petit café et ma mère était serveuse. Je ne me rappelle pas exactement où nous vivions à l’époque. Le premier endroit qui me revient à la mémoire, c’est une impasse poussiéreuse au bout de laquelle se trouvait un cimetière de voitures. Alors tu vois, des clôtures en métal, des morceaux de fer, la plupart rouillés et avec des trous. Il y avait deux trois endroits par lesquels on pouvait entrer pour aller s’amuser. Moi, je trouvais ça super. Beaucoup d’odeurs et de couleurs ».

Après un périple initiatique à travers le Grand Sud, puis un nouveau séjour en prison pour possession de marijuana, Calvin Russell se retrouve à écumer les bars rock d’Austin au milieu des années 80. Là, il dévoile ses compositions auprès d’un public peu diligent.

Patrick Mathé de New Rose : la rencontre qui change une vie

Un soir de chance, un producteur français de passage à Austin pour une soirée anniversaire, jette son dévolu sur son talent. L’homme n’est autre que Patrick Mathé, fondateur du label New Rose. Calvin Russell a 40 ans, et sa carrière va enfin commencer!

Calvin Russell à propos de Patrick Mathé :

«Quand j’ai rencontré ce mec, je l’ai tout de suite suivi. Je ne laissais rien derrière moi, je n’avais rien fait de ma vie. Si je ne l’avais pas croisé, je serais encore dans ce même bar, à gaspiller ma vie».

Calvin Russell – Crossroads Live

« Il dit que c’était à un anniversaire, mais je suis presque sûr que c’était pour Nouvel An. En tout cas, c’était à la fin de l’année. J’étais à cette soirée parce que je savais que Charlie Sexton y serait. Il était sur le point d’enregistrer un album pour MCA. J’étais là en tant qu’auteur-compositeur et je voulais le rencontrer pour lui proposer mes compositions. J’avais sur moi une cassette démo avec 22 chansons que je voulais lui donner, en pensant qu’il pourrait y trouver quelque chose pour son album. Mais, ça n’a rien donné, il n’a pas fait attention à moi. Quoi qu’il en soit ».

« Alors, j’ai chanté quelques titres avec le groupe et on a jammé tous ensemble, c’était d’ailleurs des musiciens fantastiques, quand ce gars est venu vers moi. Il m’a dit que j’étais un personnage intéressant et m’a demandé si je serais intéressé pour enregistrer un album. Alors, je lui ai donné la démo avec mes vingt-deux titres et je n’y ai plus pensé. »

Je le considère comme mon sauveur

« Le lendemain soir je crois, j’étais chez moi, le téléphone sonne et c’était lui, Patrick Mathé, qui me dit qu’il a écouté la cassette dans l’avion qui le ramenait en France. Il me demande  ‘tu veux qu’on fasse quelque chose ensemble ?’ Je lui réponds : ‘bien sûr que je veux’. C’est comme ça que c’est arrivé. Je le considère comme mon sauveur car j’étais à la veille de mes quarante ans et à un type de mon âge, on ne propose pas de travail régulier, je parle d’un vrai travail, pas de ces shows à cent dollars la nuit où on en laisse cinquante au bar. A cet âge, soit tu as une carrière, soit tu fais autre chose ».

calvin-Russell

A Crack in Time

L’album A crack in time sort en 1990, suivi un an plus tard par Sounds From The Fourth World, album de la consécration, également enregistré à Austin. Crossroads, You’re mybaby et Rockin The Republicans marquent le sillon, et déjà les tournées françaises pointent, dans la lumière d’un nouvel éclairage apporté à sa vie…

Et comme le chantait Calvin Russell avec cette émotion à fleur de peau :
There were roads I never traveled
Turns I did not take
Mysteries that I left unraveled … standing at the crossroads.

Auguste Marshal