The Kinks – You really got me

0
388

Kinks – You Really got me

The Kinks - You really got me

Cette histoire raconte sans doute l’un des riffs les plus marquants de l’histoire du rock’n’roll: You really got me des Kinks. Un truc qui à l’époque à retourné le coeur de pas mal de monde! Souvenez vous :

Faut dire qu’on était en 1964, et à cette époque, alors que les Beatles chantonnent le très POP I Wanna Hold Your Hand “ je veux te prendre la main”, Ray Davis, nous envoie ses paroles relevées à la sauce Harissa: « Tu m’excites tellement que je n’en dors pas la nuit ».

Le morceau va connaître un succès quasiment immédiat, et pourtant, on revient de loin! You really got me est en réalité le troisième 45 tours des Kinks. Les deux premiers n’avaient absolument pas marché, et la maison de disque avait en projet de s’en débarasser. Après deux sessions d’enregistrements infructueuses, on leur refuse l’accès aux studios. Les Kinks auraient selon la légende financé le troisième et définitif enregistrement de cette chanson mythique… (Daniel Lesueur rétablit la vérité historique un peu plus bas).

Et quelle version, Dave Davis cherchant alors un son de guitare crado, obtient finalement le saint grâle en lacérant l’enceinte de son ampli à coups de rasoir. Il y aurait aussi paraît-il planté des aiguilles à tricoter et des punaises… on est à deux doigts de l’incantation vaudou! Le son essentiel demeurre la marque de fabrique de ce morceau, son ADN Rock! En plein milieu du morceau, Dave Davies se lancera dans un solo. Son frère Ray lui aurait dit : «Vas-y Dave!» Et l’autre de répondre: «Ta gueule Ray!» Tout ça pour alimenter la légende des frères ennemis. N’oublions pas que The Kinks, ça veut dire : Les Tordus !!

« Pour créer cette sonorité, j’ai donné des coups de cutter dans mes enceintes afin d’obtenir le même son que ferait un chien qui aboie sur un parking à minuit »   –   Dave Davies, à propos du riff de You Really Got Me.

Auguste Marshal – Culturesco

Un regard complémentaire sur cette chanson mythique par Denis Chofflet.

You really got me et le riff fut… Deux notes balancées rageusement sur un ampli à la membrane tailladée au rasoir, et la carrière d’un des groupes les plus influents depuis les 60’s explose littéralement… Il était temps pour les frères Davies, que leur maison de disques était sur le point de lâcher, suite au bide de leurs deux précédents enregistrements.

Juillet 1964 donc, dans les studios IBC de Londres, Ray Davies, 22 ans, déjà génial et bientôt prolifique chanteur-compositeur des Kinks, joue sa dernière carte. Il y croit en ce titre qu’il a composé quelques mois plus tôt sur le piano de son salon, et son frère Dave, guitariste de 5 ans son cadet, sera ce jour là tellement bon dans son intro et son solo, que la légende attribuera tout ça à Jimmy Page, ce que ce dernier niera avec véhémence!!!

4 août 1964 – Une déferlente rock

Bref, le 4 août 1964, le single déferle sur le marché britannique avant de trôner dans les charts américains et européens. Un véritable raz-de-marée et, pour beaucoup, un titre qui pose les fondations du hard rock et du Heavy metal… Laissons aux spécialistes le soin de faire le tri entre Kinks, Yardbirds, Led Zep et autres Deep Purple pour en attribuer la paternité au groupe de leur choix, ce qui est sûr c’est que ce titre inspirera nombre de gratteux de hard et de Heavy, et qu’il contribuera certainement à cette révolution musicale et culturelle qui enflammait alors les folles nuits d’un Swinging London naissant, dans le quartier londonien de King’s Road.

On retrouvera le style de You really got me dans un autre hit des Kinks, All day and All the night et, il faut bien l’avouer, dans le I can’t Explain des Who qui sort bizarrement en décembre 1964 sous la houlette de leur producteur commun, Shel Talmy… De là à parler de plagiat… Parlons plutôt de « saine émulation »!

The Kinks – You really got me  – Live 1980

Les frères Davies – Talentueux et salles gosses

« you really got me » sera reprise par Mott the Hoople mais aussi Toots and the Maytals, mais surtout en 1978 dans une version explosive d’un jeune guitariste virtuose débutant: Eddie Van Halen… Une version que Ray Davies dit adorer car elle le fait mourir de rire! C’est à prendre ou à laisser, car le Sieur Davies est non seulement célèbre pour le nombre incroyable de hits qu’on lui doit, mais également pour la facilité avec laquelle il colle des baffes, avec son frère Dave mais le plus souvent à ce dernier. Une réputation qui peut-être leur interdira les scènes américaines jusqu’en 1969, laissant la place libre aux Stones et aux Beatles. Les Beatles que Ray devancera par ailleurs en écrivant en juillet 1965 une des premières chansons pop influencées par la musique indienne: See my friends.

Malgré l’inimitié tenace entre les deux frangins, le groupe tiendra jusqu’en 1996, et c’est seulement en 2015 qu’ils se retrouveront sur scène pour chanter ensemble ce titre… Nous sommes en 2019 et justement les intéressés reparlent sérieusement d’un retour de ce groupe de légende… Non..??? Si..!!!! « Arrête, tu m’excites.. »….. Ça tombe bien, c’est justement la traduction de « You really got me » !

Denis Chofflet – Culturesco

Troisième regard sur cette chanson mythique et information importante dévoilée par Daniel Lesueur.

Les frères Davies écrivent « You really got me » alors que Ray n’a que 22 ans et Dave 17 ans. L’anecdote veut que les Davies se soient inspirés du riff de « Tequila » des Champs pour le composer. Ils inventèrent l’effet fuzz, devenu courant par la suite. Dave voulait en effet reproduire un son très « live » et se servit de lames de rasoir qu’il tapa sur son ampli de guitare (branché en saturation) pour obtenir un tel son. Par la suite, le « fuzz » fut intégré à une pédale d’effet. Halte aux rumeurs: Jimmy Page et Jon Lord ne jouent pas sur ce titre. En revanche, c’est vrai, ils étaient présents pour l’enregistrement de l’album, au cas où! Ce titre, qui fut un hit, constituait la dernière chance du groupe: Pye leur avait signé un contrat pour trois singles seulement, et les deux précédents avaient connu l’échec.

Les relations avec Pye, d’ailleurs, n’étaient pas au beau fixe: la première version de «You Really Got Me» durait 6 minutes, mais la maison de disques des Kinks les obligea à la raccourcir (aucune radio n’aurait accepté une chanson d’une telle longueur). Elle n’était pas du tout satisfaisante mais la firme voulait pourtant la publier telle quelle. Le groupe et son éditeur musical durent batailler ferme pour avoir le droit de réenregistrer «You Really Got Me» dans un autre studio que celui de Pye. L’idée s’avéra payante: le réenregistrement ne coûta que 100£ et le titre fut N°1 de part et d’autre de l’Atlantique. Du coup, le groupe resta chez Pye jusqu’à 1970 (« Lola ») mais passa en 1971 chez RCA afin de tenter de conquérir un public américain réticent.

Daniel Lesueur – Culturesco

Toutes les infos sur ce morceau des Kinkiks et  bien d’autres artistes également dans le livre de Daniel Lesueur: ANTHOLOGIE DES TUBES ROCK Soixante ans de musique pour les kids .

Anthologie des tubes rock