Mai 1967 – Les Beatles et Jimi Hendrix sur la même platine

0
678

C’est au mois de mai 67 que les Beatles et Jimi Hendrix se retrouvèrent sur la même platine

Jimi Hendrix The Beatles

The Beatles et Jimi Hendrix : pour terminer une série de publications, quoi de mieux qu’un binôme de « choc » ? 25ème et dernier épisode de la chronique : « Sur la même platine ».

Pour l’occasion, des disques de platine! Qu’écris-je?! De diamant!!! En dehors du succès public de ces deux Intouchables, un nombre incalculable de musiciens s’en réclament, les comparent aux Tables de la Loi musicales. Parfois, les artistes s’interrogent sur la pérennité de leurs œuvres. Une fois l’humanité redevenue poussière, si l’on devait lancer un sondage auprès des extraterrestres à propos des deux albums à retenir, il y a fort à parier qu’ Are you experienced et Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band soient désignés (on le formalise ce sondage ?).

The Jimi Hendrix Experience invente tout le heavy rock à venir. Si The Beatles n’invente pas le concept album, M. Davis et/ou J. Coltrane l’aurait précédés … mais dans le jazz, pas dans la pop, assurément, il magnifie le genre, envoyant sur orbite un ensemble de chansons au calibrage millimétré.

Jimi Hendrix Experience – Purple Haze

1967 – Une actualité rock, mais pas seulement

Dans l’actualité de 1967, des évènements rivalisent-ils avec nos Immortels? Hugo Pratt invente Corto Maltese: un look de rock star. Ernesto Che Guevara aussi mais il gagne le Nirvana. Coïncidence troublante, alors qu’il « monte » au ciel, il croise Kurt Cobain qui « descend » sur Terre. « La planète des singes », projetée de son livre, se lit désormais sur grand écran. Jerry Goldsmith musicalise le film, compositeur de 41 BO entre 1960 et 1969 : respect. La conquête spatiale fait ses premiers morts: USA = 3, URSS = ? L’enquête est toujours ouverte … « Comme d’habitude », commente Claude François à la radio. La couleur arrive sur les TV françaises. Du coup, Nino ferrer modifie le titre d’une de ses chansons. Elle devient: « Je voudrais être marron ». Le Torrey Canyon n’en a cure, il noie les côtes bretonnes sous le pétrole, ou lorsque le granit rose s’assombrit. « Noir c’est noir », prédit J. Hallyday dès 1966. Et puisque nous abordons les singles.

The Beatles – Lucy In The Sky With Diamonds (1967)

Question de pressage…

En fonction du pressage, UK ou US, Label Track record ou Reprise records, les titres d’ « Are you experienced » ne sont pas les mêmes. Si vous voulez « Hey Joe » et « Purple haze », il vous faudra choisir le pressage US (celui présenté ci-dessus), si vous préférez « Red house » et « Remember », optez pour le pressage anglais. Avec « Sgt. Pepper’s », c’est encore autre chose. Rendez-vous compte, « Penny lane »  et « Strawberry fields forever », sorti la même année sur un unique 45 tours, ne figure pas au menu de l’album. Faut-il qu’il contienne de quoi rivaliser! Dans les usines de pressage, d’autres « incontournables » sont-ils usinés? « The piper at the gates of dawn » – Pink Floyd, « Forever changes » – Love, « Disraely gears » – Cream, « The Velvet Underground with Nico » – The Velvet Underground, « Strange days » – The Doors, « Between the buttons » – The Rolling Stones, « The Who sell out » – The Who, « Safe as milk » – Captain Beefheart, un autre Hendrix, un autre Beatles… la liste est trop longue! 1967, l’année où les musiciens inventent la musique « avenir ».

Le concept de cette chronique consistant à mettre en parallèle deux albums sortis la même année/le même mois mais de styles musicaux «opposables», de favoriser l’écoute éclectique, de «s’ouvrir l’horizon», jouer ces deux-là «Sur la même platine» est-il raisonnable? En 1967, on ne voit pas ce qui peut l’empêcher. En 2018, on ne voit vraiment pas non plus.

Thierry Dauge – CulturesCo