The Cult – Pixies – Avril 1989

0
354

The Cult – Pixies – Avril 1989

The Cult The Pixies

The Cult – Pixies – Sur la même platine en 1989 (avril)

La lèpre ou le choléra?

En matière de poisson d’avril, The Cult présente en 1989 l’album Sonic temple. Il est question d’un big heavy rock (?), d’un hard rock métallisé (?), d’un… enfin, un «truc couillu»! Trempées dans une réverbération sépulcrale, voix et guitares étirent leur puissance jusqu’à combler l’espace, la batterie monumentale achevant le moindre silence. Les titres s’enquillent à la vitesse d’un presse-purée sur une brouettée de Roseval, une avalanche de mid tempo susceptibles de lasser si ce n’était ces chansons Amarena/Chantilly, ou l’art d’associer les mélodies. Ian Astbury,  de The Cult, ce biker à l’humeur versatile, chante merveilleusement, associant séduction et clarté pour des textes habités.

The Cult – Sun King

En face, «l’alternativité» toque à l’enceinte: Doolittle. Son de batterie mis à part, ce disque fait sonner les Pixies comme un groupe de proto Metal. La responsable est une guitare qui parcoure les chansons sous testostérone, cordes enduites de distorsion. L’underground alternatif sort de l’ombre pour étaler ses tripes dans un album plus consensuel que Surfer Rosa (1988), son prédécesseur, celui ou Black Francis se questionnait: Where is my mind ?. Granuleux comme une bande de toile émeri modèle gros grain,  l’album Doolittle traque l’amateur de «bruit blanc» en raclant les tympans de qui veut l’entendre.

Pixies – Mr Grieves

Pendant ce temps-là, dans les médias.

1989 – Salvador Dali, Sergio Leone, Bernard Blier et Georges Simenon profitent de journées portes ouvertes pour entrer au paradis. De son côté, l’ayatollah Khomeiny trouve une porte en fer qui lui rend «chaleur-heusement» la monnaie de sa pièce. Chacun son dû. Le Mur de Berlin chute. On le croyait mort mais, en 2017, Donald Trump lui tend la main pour le relever à la frontière mexicaine. Révolution en Roumanie: 24 ans de pouvoir, une heure de procès. En conclusion, 3 chargeurs de kalachnikov dans la peau pour le duo présidentiel Ceausescu, 1 chargeur ½ pour chaque. Le mariage? Le partage. Tout droit sorti de sa dernière croisade, Indiana Jones croit trouver à nouveau l’Arche d’Alliance mais, ayant brisée ses lunettes, il se trompe et débarque à l’inauguration de l’Arche de la Défense. Pour nos deux «podiumisés» de l’année, pas d’erreur, il s’agit bien de médailles en or et pas en chocolat dont les ceint le public rock.

Malgré l’engouement dont ont fait preuves les musiciens pour écrire leurs partitions respectives, ces deux albums ne bénéficieront que d’un succès «ciblé», auprès des adeptes du genre, ne parvenant pas à percer les bouchons de cérumen du grand public. Faut-il s’étonner de cela? Dans un monde où tout n’est plus que «cible», «tendance» et «parts de marché», la réponse à cette question sera: La lèpre ou le choléra ? . Ceci expliquant cela.

Thierry DaugeCulturesCo