TANGERINE DREAM – Les visiteurs du son 1967-1987

0
941
POP CULTURE RADIO La Culture POP a enfin trouvé sa RADIO !
Genres : radio
La culture se partage !

Le songe d’Edgar Froese

Tangerine Dream
Tangerine Dream dans les années 70 : Chris Franke, Peter Baumann, Edgar Froese

Ce livre, tous les fans francophones de Tangerine Dream et de Musique Électronique l’espéraient… Et le voici enfin, écrit par Emmanuel Saint-Bonnet aux Editions Le mot et le reste.
Tangerine Dream, quel beau nom ! Créée dès 1967 à Berlin par Edgar Froese, la bande fait partie de cette vague de groupes de l’Allemagne de l’Ouest, née sur les cendres du nazisme, marquée par le refus du conformisme, et influencé dans le cas du Dream par les premiers Pink Floyd – surtout A Saucerful A Secrets – , Stockhausen, Thomas Kessler ou le Surréalisme…

Tangerine Dream – Improvisation (1969)

Un sacré personnage que ce Froese, artiste complet, claviériste et guitariste tout en ayant une formation de peintre / sculpteur. Le gars a même côtoyé le génial Salvador Dali dans les années 60, une rencontre qui le marquera à vie.

Le livre Tangerine Dream
Tangerine Dream – Les visiteurs du son 1967-1987

Pendant des années, Tangerine Dream va évoluer comme un atelier artistique où joue le meilleur de l’avant-garde allemande, tels Conrad Schnitzler – futur membre de Cluster –, Florian Fricke de Popul Vuh, ou Klaus Schulze – à la batterie ! -. Leurs disques deviennent des témoignages de ces confrontations musicales tandis que la critique évoque le Krautrock et surtout pour TD, la Kosmische Musik, une appellation peut-être inventée par Froese lui-même, précise l’auteur .

Zeit / extrait (1972)

Au fil des albums, Froese, le véritable directeur du collectif applique une vision expérimentale et sans limites, notamment de temps.
Le groupe utilise aussi bien des instruments conventionnels – orgue, guitare, piano, flûte, violoncelle… – que des bizarreries comme des boucles de magnétophones à bandes, les synthés VCS3 ou Moog 3P des copains et plus tard le mellotron.

E Froese
Edgar Froese

A partir de 1971 / 1972, Tangerine Dream se stabilise en trio avec l’arrivée d’abord de Christopher Franke – claviers, flûte, percussions – puis Peter Baumann, claviers également. Ils peuvent aussi investir progressivement dans des synthétiseurs et des séquenceurs. On peut parler de révélation car ces instruments complexes et à l’époque instables permettent aussi une recherche tout azimut. Franke surtout développe une pratique du séquenceur, avec ses suites de notes répétitives et hypnotiques. C’est le temps des chefs-d’œuvre critiques et publics : Phaedra, Rubycon, Ricochet, Stratosfear, Encore, la musique du film Sorcerer… Et des concerts fleuves – deux, trois heures – absolument inédits où souvent les trois musiciens improvisent.

Tangerine Dream at Coventry Cathedral – Ricochet Part One / Part Two (1975)

Avec le récit d’Emmanuel Saint-Bonnet, nous entrons dans les arcanes de ces histoires d’hommes, parfois de femmes, telle Monique, la photographe et compagne de Froese, qui réalisera souvent avec lui leurs magnifiques pochettes, et de machines. Les dingos de l’électron apprécieront d’ailleurs les précisions technologiques de l’auteur – mais sans verbiage inutile – et un glossaire bienvenu, surtout pour les novices. Bien sûr, Saint-Bonnet raconte les réussites du projet mais aussi les épreuves : la séparation traumatique avec Peter Baumann en 1977, l’impasse créative – pour Froese – de la période Cyclone en 78, ou l’échec de la  collaboration avec Nick Mason, le batteur de Pink Floyd lors du mixage de Stratosfear

Invisible Limits / Nick Mason Mix (Inédit) – Stratosfear (1976)

Découpé en 18 chapitres, l’ouvrage court jusqu’au départ de Franke en 1987, et le début de l’affadissement de Tangerine Dream selon l’auteur. Ce dernier point mériterait débat, la formation continuant son existence, ses concerts, et sa production artistique bien au-delà, et même sans Edgar Froese, parti vers le cosmos en 2015.
Le livre passionnant, particulièrement bien documenté de Emmanuel Saint-Bonnet, écrit dans un style sobre et dense, ravira les fans et les néophytes, fascinés ou intrigués par cette aventure unique qui n’aura sans doute pas d’équivalence. Comme un songe…

Bruno Polaroïd

Emmanuel Saint-Bonnet : Tangerine Dream – Les visiteurs du son 1967-1987 / Éditions Le mot et le reste (leur site) – 152 pages – 17,00 Euros – Parution le 21 Avril 2023

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.

Laisser un commentaire