BARON’S – Never Alone

0
118
La culture se partage !

BARON’S – Never Alone

Baron's

Never Alone couvre une large palette de sons, aborde les quatre points cardinaux du rock sans négliger pour autant ce qui se fait ailleurs, notamment au royaume du funk. Question groove, citer à leur propos Extreme et Dan Reed Network n’a rien d’incongru, la proposition de Baron’s siégeant fréquemment à l’entre-deux : guitares heavy, rythmes funky. Que dire d’un titre qui embraye au funk, accélère au métal puis éjacule liturgiquement en un gospel flamboyant ? You ain’t got to choose, take it all !

BARON’S – Choose

Ne vous fiez pas au look clownesque du frontman, nez rouge/diamanté et kilt. Il n’a de clown que ce que le fou du roi avait de folie. Sous ces oripeaux bigarrés, on peut tout se permettre, discourir haut et fort, et sans retenue, de ce qui nous tient à cœur. Le fou est fou et le clown, c’est pour rire … pas toujours. Provoquer son monde ou l’émouvoir, voilà ce que le Baron de Vezeline et son complice aux doigts scarifiant, Freddy Kroegher, affichent sous leurs maquillages, tout sauf l’indifférence.

Soutenez Culturesco sur Tipeee

D-Day

Parce que la pluralité leur sied, le duo chant / guitare, leader du combo, n’hésite pas à voyager encore plus large, par exemple, parcourir les plaines musicales à la poursuite d’accents « cabaret », du piano et des cuivres traversés d’éclairs de guitare saturés (« New Meetings »), ou du discoHow Long ») : rien n’est interdit. Sans pour autant cloner Queen, on y pense, sans pour autant paralléliser FFF, on en relève des fragrances.

Bien sûr, live, quoi de mieux que d’envoyer le bois pour capter un public, dompter une foule rebelle ou, à l’inverse, l’exciter, qu’elle le devienne. Dans ce domaine, épaulé par deux cavaliers de l’apocalypse (ce bassiste, ce batteur !), le duo fait fureur.

BARON’S – Redemption (live)

Se sent-on réellement « moins seul » à l’écoute de ces chansons ? Sont-elles susceptibles de rythmer notre quotidien, de nourrir notre appétit « mélomaniaque » ? Souvent, lorsqu’un air nous possède, il nous accompagne 24 sur 24. Alors, tout un album … Mais en matière de compagnon, face aux déhanchements sexués que Baron’s nous propose, nous sommes plutôt en présence de succubes, la concupiscence à l’œuvre promeut l’accouplement. Ce que Baron’s nous « propose » ? Dire qu’il nous « l’assène » est plus adapté.

Cannibalism (live)

Dressé roidement sur ses ergots, Never Alone n’attend plus que notre bon plaisir pour justifier son titre. Nous partîmes seul et, par son prompt renfort, fûmes des milliers en fin de Face B. En musique, ne jamais négliger son plaisir, bien au contraire, le servir.

Thierry Dauge

BARON’SNerver AloneNouvel album 15 titres le 2 février

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
Écoutez Pop Culture Radio
00:00:00