TNT – Hair Metal (2/3)

0
392

TNT – Hair Metal (2/3)

TNT Hair Metal

Qu’en est-il en Europe du Hair Metal ? TNT, combo norvégien, avec des chansons du calibre de « 10 000 lovers (in one) » ou « Tell no tales », sur Tell no tales (1983), valent bien un « Smell like teen spirit ». Permanentes et teintures contre cheveux raides et nature ? Spandex à paillettes contre à carreaux les liquettes ? On ne peut être bon que bûcheron, on en a cure de la manucure ? Revendiquons la possibilité de traces de gloss sur les tronçonneuses ou d’Exocets eye liner-isés. « Pardon ? Des Tarlouzes, des Tapettes faces à des Hommes » ? Ok, je vois où se situe le débat.

TNT – 10 000 Lovers (in one)

Pour ce qui concerne les solos mitraillettes, les descentes ou envolées de gammes travaillées au hachoir, Ronni Le Tekro, première gâchette chez TNT, présente un jeu de guitare assez comparable à celui de Nuno Bettencourt, le prodige-virtuose d’Extreme. Il foisonne ses graves et ses aigües en tirant sur les cordes comme d’autres sur les pianistes. Tony Harnell, quant à lui, hurleur suraiguë de première division, envoie ou susurre les couleurs du printemps sur un mode hivernal. Cette polyvalence harmonise à merveille les mélodies « FM-isées » du combo. En matière de chansons, si Tell no tales navigue entre Queen et Dokken, autre combo « hairysé », il reste une production typique du groupe par la double signature de son guitariste et de son chanteur.

Tell no tales

Pour être convaincu de l’unicité de TNT, il n’y a qu’à se rendre sur Intuition (1989) ou Transistor (1999), leurs Lps suivant. Ces garçons, qu’on les aime ou pas, possèdent un grain musical identifiable instantanément et ce même lorsque dix années séparent deux de leurs Lps. Gage de qualité ? Je ne sais pas. Dans la catégorie : « Ce sont-eux ! », on compte quand même quelques pointures dont AC/DC, Status Quo, Queen ou Van Halen, des références ! A méditer …

TNT – Listen to your heart

Tell no tales contient trois petites pièces musicales qui peuvent laisser perplexe. Ils sont assez nombreux ces guitaristes amoureux de leur pratique qui raturent quelques partitions sur le mode de l’écriture automatique. « Sapphire », « Smooth syncopation » et « Incipits » peuvent-elles être qualifiées de « psycho-musique » ? Il reste qu’elles font de jolies dentelles / introductions aux chansons qui les suivent.

En tout état de cause, d’une durée totale de 30’42’’, Tell no tales n’en souffre pas. Nous ne sommes pas dans le cas de ces albums de plus d’une heure où la masturbation du manche incite au giclement de cervelle.

TNT – Child’s play

Une question subsiste : TNT, en tant que patronyme, signifie-t-il « Tell no tales » ou se rapporte-t-il à l’explosif du même nom ? Rock, heavy et glam, la musique des norvégiens assemble harmonieusement les deux hypothèses, « façon puzzle ». Au final ? Un idéal de Hair Metal.

Thierry Dauge