Guest Star ou First Part

0
1163

Guest Star ou First Part – Number 1

Guest Star ou Première Partie

De Rock Rats en Rock Stars

Les Guests Stars ou Premières Parties ? Tâches huileuses sur papier gras ou joyaux ceints d’une étoffe soyeuse, elles naviguent rarement à l’entre-deux. Ces groupes et/ou artistes qui « ouvrent » pour des formations de division supérieure, genre match de division d’honneur avant combat d’Europa League, ont bien du mérite. De fait, elles peuvent nous « couper le sifflet » tout autant que se faire « couper le sifflet ». Pour transformer un fricot en repas de roi, le talent ne suffit pas, le contexte compte pour beaucoup. Se présenter pop à un public de « métalovores », c’est jouer la chèvre dans Jurassic Park ! Par contre, talentueux et vaillants, certains valent bien ceux qu’ils précédent.

Def Leppard vs Judas Priest

Guest Star ou Première Partie

DEF LEPPARD – Let it go

JUDAS PRIEST – Hot rockin’

Si vous étiez au Pavillon Baltard le 7 décembre 1981, quelle excellente soirée vous avez passée ! Def Leppard se prête au jeu. Il se livre ivre aux adeptes de Judas Priest. Mais peut-être ne connaissez-vous ce groupe que sous son aspect « tarte à la crème » ? C’est qu’il fut un temps où c’était un véritable pur-sang ! Le survolté High’N’Dry est sorti en début d’année et, malgré quelques hésitations, la Jaguar Type E fait parler son V6. Foooormidable ! Du coup, l’on craint que Judas Priest trébuche. De son côté, la livraison de Point of entry suscite des doutes. N’y aurait-il pas trop de barde dans ce rôti ? Dès les cinq premières minutes du show, le public frémit de bonheur car le monstre rugit.

Def Leppard vs Judas Priest, un joli doublé ! Mais en est-il toujours ainsi ?

Skid Row vs Mötley Crüe

Guest Star ou Première Partie

SKID ROW – Youth gone wild

MÖTLEY CRÜE – Dr Feelgood

Le 30 octobre 1989, Mötley Crüe, les sémillants protagonistes de The Dirt (En français : Editions du Camion Blanc – 2007), une autobiographie sex’o dopante, vient présenter son dernier né, Dr Feelgood, au public parisien ; le Zénith. Mötley a « cru » malin d’emmener Skid Row dans ses bagages, un collectif de jeunes goules assoiffées de sang qui promeut son premier Lp éponyme. Ou comment un antipasti s’avère plus savoureux que le supposé plat de résistance ! Ce soir-là, les Skid’s ravagent l’assistance où les Crûe « pétoient ». Pour « le Sale », il s’agit de la tournée avec cette batterie qui s’élève puis tournoie pendant le solo de Tommy Lee. Ce faisant, des câbles électriques sont arrachés et tout s’arrête. Sans light show, sous les lumières blafardes des issues de secours, la salle ressemble à ce qu’elle est : un hangar à bestiaux. Pour Skid Row, même sans light show, c’est extra chaud !

Skid Row vs Mötley Crüe, la Guest par KO ! Mais si les protagonistes sont encore plus gros ?

The Brian May Band vs Guns N’ Roses

Guest Star ou Première Partie

The Brian MAY Band – Since you’ve been gone

GUNS N’ ROSES – Down on the farm

Le 13 juillet 1993, le POPB promet un concert 5 étoiles, de diamant, de platine, de tranches musicales tartinées 19 carats ! Ce soir-là, The Brian May band ouvre pour Guns n’ Roses. La prestation du Queen est scintillante, sympa mais un peu « lointaine » pour qu’on identifie le plaisir « or not » du guitariste à se trouver-là. En novembre, à l’Elysée Montmartre en tête d’affiche, ce sera une apothéose ! Quand même, dans cet exercice, un artiste d’avantage célébré que ceux pour qui il ouvre, May fait beaucoup mieux que Robert Plant, le 22 juin, au même endroit, en Guest de Lenny Kravitz. Pour Brian, la série de concerts qu’il donne avec son Band sera immortalisée sous le titre Live at The Brixton Academy (1994), un must.

Robert PLANT – Calling to you

Lenny KRAVITZ – Are you gonna go my way

Quant à Guns N’ Roses, ils s’apprêtent à sortir The spaghetti incident ?, un album de reprises. Ils profitent de cette tournée pour en roder quelques titres sur scène. Grand bien leur fasse ! Associés aux classiques dAppetite for destruction (1987) et Use your illusion (1991), à un niveau sonore titanesque, c’est une véritable raclée ! Le public se fait rosser et en redemande.

The Brian May Band vs Guns N’ Roses, quoi qu’on puisse avoir à y redire, chaque formation est à sa place.

Trois confrontations, trois cas de figures : Deux vedettes – La guest qui vole la vedette – La guest « et » la vedette. Existe-il d’autres situations possibles entre une tête d’affiche et sa première partie ?

A suivre dans « Guest Star ou Première Partie – n°2 » … si vous le voulez bien.

Thierry Dauge

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.