Sid Vicious My Way : de Claude François aux Sex Pistols

0
227

My Way – de Claude François à Sid Vicious :

sid vicious my way sex pistols

Qui aurait pu imaginer un jour une connexion entre Sid Vicious (Sex Pistols) et Claude François? La chanson « Comme d’habitude » est écrite et composée par Gilles Thibaut, Jacques Revaux et Claude François. De façon inhabituel, ce nouveau titre ne connaît pas le succès immédiatement. Il met trois longs mois à grimper dans les hits parades. C’est Paul Anka qui achète les droits de l’adaptation anglaise pour en devenir l’auteur de l’adaptation : My Way. Nombre de reprises fleuriront par la suite. La plus connue est celle de Frank Sinatra en 1969. Elvis Presley enregitrera également son interprétation en 1973. Parmi les très nombreuses covers de My Way, une version se détache par son originailté… celle d’un Sex Pistols: Sid Vicious

Sid Vicious et My Way, Histoire d’un enregistrement épique

Sid Vicious a séjouné à Paris pendant environ quatre semaines au printemps 1978, pour l’enregistrement de My Way, qui s’est avéré épique.
La première tentative fin mars 78 au Studio des Dames à Paris. Pour ce premier rendez-vous, aucun enregistrement n’a eu lieu parce que Sid aurait refusé de travailler avec des musiciens non confirmés… André Ceccarelli (batterie) et Jannick Top (basse),

La deuxième tentative a lieu en avril 1978. Elle se déroule au Studio Aquarium toujours à Paris. La séance commence en début de soirée, mais Sid, attendu plusieurs heures, n’est jamais arrivé…

Sid Vicious – My Way (Original and Complete Version)

À la troisième tentative toujours en avril 1978 au Studio de la Grande Armée, Steve Jones est présent mais aurait été trop ivre pour jouer. Sid Vicious est dans le même état, la séance ayant lieu dans l’après-midi après une longue période de flottement.

Lorsque Claude Engel (Magma entre autres) propose un arrangement musical, Sid et Steve ne s’y intéressent pas. Le guitariste français choisit donc d’enregistrer la piste sans eux. Claude Engel à la guitare, Sauveur Mallia à la basse, et Pierre-André Dahan à la batterie, ont posé la piste en deux heures. Sid a pris deux heures supplémentaires pour l’enregistrement vocal. Enregistrement qu’il effectua assis afin de ne pas voir l’équipe française devant lui. La séance est d’ailleurs supervisée par le directeur artistique de Barclay, Jean Fernandez, qui a eu peine à atténuer la tension entre Sid et l’équipe technique. L’ensemble de ces tentatives ont finalement abouti à la version que l’on connaît. Celle de l’album « Sid Sings » étant la version de Paris avant ajout des guitares à Londres.

Les paroles de My Way :

Dans cette interprétation, Sid Vicious chante une version approximative des paroles originales. Le « For what is a man, what has he got? If not himself…” devient ici « For what is a prat, what has he got, when he wears hats…”, référence directe à Johnny Rotten dont Vicious se moque évidemment.

Quelques mois plus tard, le 2 février 1979, on retrouve Sid Vicious gisant dans son appartement, décédé d’une overdose d’héroïne.
L’ appartement est celui de sa copine de l’époque, Michelle Robinson. La came lui a été fournie par sa propre mère. Héroïne trop pure pour lui qui sortait d’une cure à base de méthadone. Sid Vicious n’avait que 21 ans.

Auguste Marshal

A lire également :