Mark Knopfler, la dernière tournée de l’ex Dire Straits !

0
953

Mark Knopfler, quitte la scène !

« Je veux vous remercier pour toutes ces merveilleuses années, mais maintenant je dois vous dire au revoir… Je vais continuer à enregistrer des disques et écrire des chansons, mais les tournées pour « old ganddad », c’est terminé.» déclare Mark Knopfler, à chaque concert.

Mark Knopfler fait ses adieux à la scène : certains ne cachent pas leur émotion…

Tout d’abord, pour marquer le moment, le guitariste ressort un titre mémorable  du groupe Dire Straits « Once upon a time in the west« , très apprécié du public.

Mark Knopfler : Once upon a time in the west

Ce morceau sorti en 1979 figurait sur l’album « Communique », d’autre part c’est l’ouverture du live « Alchemy », un concert filmé et enregistré le 23 juillet 1983.

Notons également d’autres grands succès comme « Silvertown blues »,

« Heart full of holes » , « Money for nothing » ou « Brother in arms »…

L’incontournable « Money for nothing » :

 

« Brothers in arms », une chanson où Knopfler dénonce la guerre.

Le programme des concerts est représentatif d’une carrière qui a généré de nombreux succès.

A retenir également, son dernier album « Down the road wherever » sorti en novembre 2018. Il nous a surpris avec des rythmes funky, une ambiance intimiste portée par son inoubliable voix de « crooner ». La présence de cuivre, inhabituelle chez lui, mais aussi un retour à l’état l’esprit du jeu de guitare de Dire Straits.

La carrière de Mark Knopfler

Le nom de Mark Knopfler, guitariste inspiré par Eric Clapton et J.J. Cale, est lié à celui de Dire Straits, dont il a été la force créatrice. Depuis que le groupe s’est arrêté, en 1995,Mark Knopfler poursuit une carrière solo variée.

Il a joué avec les plus grands, produit de nombreux artistes et composé plusieurs musiques de films. Après avoir travaillé comme journaliste, puis professeur assistant d’anglais, il  décide de se consacrer entièrement à la musique. Il joue tout d’abord rockabilly avec Café Racers, puis rythme blues avec  Brewers Droop.

En 1977, Knopfler s’installe près de Londres avec son frère David, guitariste, le bassiste John Illsley qui recrute le batteur Pick Withers. Dire Straits est constitué.

Mark Knopfler et Dires Straits
Dire Straits

Une maquette de trois chansons est enregistrée, dont une première version de Sultans of Swing, et envoyée à Charlie Gillett de Radio London. Il la diffuse le 9 décembre 1977 et c’est un succès.

Dire Straits : Sultans of Swing

Phonogram produira ce premier album qui paraît le 7 juillet 1978. En Angleterre l’accueil est réservé, mais en Europe continentale, aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ils sont disques d’or.

Les rencontres :

Début 79, le groupe tourne aux Etats-Unis à Los Angeles. Bob Dylan vient les voir, il invite Mark Knopfler et Pick Withers à participer aux sessions de son nouvel album « Slow train coming ». A la fin de la même année Mark Knopfler joue sur « Gaucho » de Steely Danet, sur l’album « Solo in Soho » de Phil Lynott.

En février 1982, Mark Knopfler accompagne Van Morrison sur son album « Beautiful vision ». On le remarque ensuite aux côtés de Kate & Anna McGarrigle.

En 1983 Il joue avec son frère David, avec Scott Walker et avec Phil Everly, puis il supervise la production de l’album « Infidels » de Bob Dylan et il donne à Tina Turner le titre « Private dance », qu’il avait écarté au dernier moment de l’album « Love over gold« .

D’autre part, il se rapproche pour la première fois du cinéma en composant la bande originale du film « LOCAL HERO« , puis celle de « CAL », en 1984, et de « COMFORT AND JOY » l’année suivante.

En avril 1985 Dire Straits connaît un succès magistral avec Brothers in Arms. Il est N°1 en Angleterre, aux Etats-Unis et dans vingt-deux autres pays, et il constitue la plus grosse vente de tous les temps pour un groupe britannique.

Mark Knopfler prête alors son talent à des productions extérieures. De Tina Turner à Sting, en passant par Ben E. King et Willie DeVille.

En 1989, il écrit et produit la musique du film « LAST EXIT TO BROOKLYN ».

En mars 90 il crée Notting Hillbillies ce projet réunit Mark Knopfler, Guy Fletcher, Brendan Croker et Steve Phillips. Pour l’album MISSING… PRESUMED HAVING A GOOD TIME, les Notting Hillbillies vont renouer avec leurs racines musicales: les débuts du rock & roll, le blues, le gospel, le jazz-boogie et le country & western.

Les premiers albums solo :

Après GOLDEN HEART, son premier album solo, Mark Knopfler propose en septembre 2000 son deuxième album SAILING TO PHILADELPHIA, pour le titre du même nom il s’assure de la complicité vocale de James Taylor. Suivront « THE RAGPICKER’S DREAM » enregistré à Nashville en 2002, et « SHANGRI-LA » en 2004.

Mark Knopfler : Sailing to Philadelphia

En 2007 « KILL TO GET CRIMSON » sort, et est suivie d’une série de concerts intimistes en Europe.

Il compose son sixième album solo, « GET LUCKY », deux ans plus tard. Onze titres marqués par le folk, par le blues et par le talent particulier du chanteur-guitariste qui évoque certains souvenirs de son enfance à Glasgow et à Newcastle.

Il est suivi d’une tournée qui commence en avril 2010 par les États-Unis pour se terminer fin juillet en Europe.

En 2011, Mark Knopfler est l’invité spécial de Bob Dylan pour la première partie de sa tournée. Un splendide concert est donné à Paris le 17 octobre.

En 2012 sort un nouvel album, « Privateering », suivi d’une tournée européenne.

C’est maintenant officiel, Mark Knopfler arrête ses tournées.  Il continuera à enregistrer des albums… encore de beaux moments de musique !

Nic Blanchard-Thibault

D’autres histoires de rock sur CulturesCo  Carotte Rock Cultures.

Gail Ann Dorsey – Sa rencontre avec David Bowie a changé sa vie !