The Adverts – Histoire du groupe punk de Gaye Advert et TV Smith

0
1398

The Adverts – 1976

the-adverts

1976 – Les premiers concerts

1976, Tim Smith et Gaye Black décident de former un groupe punk. Originaires du sud-ouest de l’Angleterre, vers Plymouth, ils partent s’installer à Londres, là où quasiment tout se passe à l’époque. Ils y recrutent un guitariste (Howard Boak) et un batteur (Laurie Muscat). Après un changement de nom pour chacun, TV Smith, Gaye Advert, Howard Pick-up et Lorry Driver s’équipent et répètent jusqu’aux premiers concerts qui ont lieu au légendaire Roxy Club en Décembre. Le boss du label Stiff Records les repère et leur propose un deal pour un seul single.

Les concerts s’enchaînent, souvent au Roxy, et le NME leur accorde une excellente chronique en Février 77, ce qui leur permet de se faire un peu mieux connaître. Le 21, ils partagent l’affiche avec The Damned.
Le 22 Avril sort leur premier single One Chord Wonder Quick Step  (Stiff), une pépite de pop à la sauce punk comme savent si bien le faire les anglais de l’époque, Buzzcocks en tête. Le 25 avril, ils enregistrent 5 titres live à la BBC (disponibles sur le LP « The Wonders Don’t Care »).

Adverts – One chord wonders

Un nouveau contrat avec le label Anchor Records

Après moult concerts ici et là, mais surtout au Roxy, ils signent un nouveau contrat discographique avec le label Anchor Records le 22 Juillet et sortent leur second single en Août. «Gary Gilmore’s Eyes» / «Bored Teenagers» est du même niveau que le précédent, un très bon disque punk mêlé de pop (ou l’inverse, comme vous voudrez) qui rencontre un certain succès outre Manche. La presse Britannique en fait des éloges. La face A fait référence au vœu du tueur en série Gary Gilmore, de donner ses yeux à la science. Dans la chanson, TV Smith se réveille à l’hôpital après une greffe des yeux et apprend que le tueur en série a donné les siens à la médecine. Il comprend alors qu’il voit le monde à travers les yeux de Gary Gilmore («looking through Gary Gilmore’s Eyes»).

adverts

Durant ce même mois d’Août, ils enregistrent une seconde session live à la BBC.
«Safety In Numbers» / «We Who Wait», le troisième single, sort fin Octobre et «No Time To Be 21» / «New Day Dawning» en Janvier 78 après un changement de label (Bright Records). Tous deux, encore une fois, sont excellents.

Adverts – Gary Gilmores Eyes

Le premier album arrive dans les bacs le 17 février 1978

Crossing The Red Sea With The Adverts  est du même niveau que les singles. Une fois encore, le disque est très bien accueilli par la presse.
Le 25 du même mois, Rod Latter remplace Lorry Driver, parti vexé suite à des remarques de Gaye Adverts sur ses capacités musicales. Latter est un ancien des Maniacs et The Rings, et prend place derrière les fûts au pied levé pour assurer un concert le soir même au Dundee College.

Troisième passage à la BBC

Septembre 1978, troisième passage radio, 5 titres joués live à la BBC (LP The Wonders Don’t Care). Tim Cross, claviers, fait son arrivée dans le groupe.
Nouveau changement de label, signature chez RCA et sortie d’un cinquième single en Octobre. «Television’s Over» / «Back From The Dead» reste dans le style Adverts mais la production a changé, l’ensemble a perdu en spontanéité et sonne plus calibré pour la radio, moins punk. Suit un autre simple, «My Place» / «New Church (live)» qui voit le jour le 15 Juin 79, avant la sortie du second album, «Cast Of Thousands» en Octobre. Disque moins bien accueilli que le premier, il reste néanmoins riche en mélodies.

Adverts – Television’s over

Latter et Howard Pick-up sont virés. Une dernière session radio a lieu en Novembre 1979, avant que TV Smith et Gaye Advert ne mettent un terme définitif à la carrière du groupe.

Des membres d’origine, seul TV Smith continue à jouer, en solo. Gaye Black travaille dans l’administration. Laurie Muscat milite pour la protection des animaux et Howard Boak est décédé d’un cancer en 1997.

Pour découvrir The Adverts, il est chaudement recommandé de se procurer les deux Lps studio, ainsi que les BBC sessions qui figurent sur «The Wonders Don’t Care» et l’album «Live At The Roxy Club». Le reste est anecdotique.

Fernand NaudinCulturesco