Philippe CHATEL – Hyde, une lycéenne et Emilie

0
908
POP CULTURE RADIO La Culture POP a enfin trouvé sa RADIO !
Genres : radio
La culture se partage !

Philippe CHATEL – Hyde, une lycéenne et Emilie

Philippe Chatel

En 1977, année punk s’il en est, Philippe Chatel fait partie de ces chanteurs à guitare acoustique ; folk et classique. Comme Maxime Le forestier avant lui, Yves Duteil ou Hervé Cristiani de la même génération, c’est un adepte de Georges Brassens et de ses textes fleuris. Sa technique guitaristique doit beaucoup à Marcel Dadi, un style de picking plutôt joyeux qui fonctionne étonnamment sur des mélodies nostalgiques plus intimistes.

Faire « mouche » avec « J’t’aime bien Lili » alors qu’une pléiade de combos jouent sursaturé et à peine accordé identifie ses choix ; un « modèle » à la française. Reconnaissons à Philippe Chatel un talent d’auteur dont les mots lui permettent de toucher les auditeurs au cœur.

Philippe CHATEL – J’t’aime Bien Lili

Le chanteur commence à fréquenter les ondes radios mais c’est surtout avec la sortie de l’album Sentiments (1979) qu’il dépasse son statut d’artiste confidentiel pour parcourir les plateaux télés. Le vedettariat lui ouvre ses portes, un coffre-fort pourtant bien gardé.

Le disque comporte deux chansons imparables : « Ma Lycéenne » et, surtout, « Mister Hyde ». Si Gainsbourg a chanté « Dr Jekyll et Monsieur Hyde » (1966) avec un certain succès, c’est bien Chatel qui confère au docteur diabolique un statut national en l’emmenant au faîte des hit-parades. Sur le modèle de « Lili », la musique est construite à partir d’un picking de six cordes, dont trois en « boyau de chat » ; d’intestins de mouton en fait (beurk !).

Mister Hyde

Air enlevé, voix suave et séductrice, mélodie addictive, la formule fonctionne à merveille. L’autre single, s’il empreinte les mêmes codes, présente un texte susceptible de soulever une polémique, surtout ces jours-ci où le bien penser moralisateur prime sur la raison. En 1979, lorsque Philippe Chatel chante « Ma Lycéenne », il a trente et un an. Outre exposer les doutes existentiels de l’adolescente, ses envies et ses peines, il termine son récit ainsi :

« Le temps qui passe me fait d’la peine, mais il nous sépare déjà. Tes angoisses et puis les miennes viennent à se ressembler parfois. Je te réponds ma lycéenne, J’aimerais être lycéen. Je veux quelqu’un qui me comprenne, si c’était toi, ce serait bien »

« Et elle a quelle âge sa lycéenne, hein ?! », susurre l’irascible emmerdeur, avide de soulever un lièvre pédophile. A la fin des 70’s, personne n’y trouve rien à redire car la chanson invite à la joliesse, tant dans le texte que dans sa partition (avec un « je ne sais quoi » des « Divorcés » de Michel Delpech (1973) dans l’interprétation).

Philippe CHATEL – Ma Lycéenne

Tout allant pour le mieux, il est temps pour le compositeur de passer la vitesse supérieure, d’écrire ce qui lui tient à cœur, un conte pour enfant destiné à sa fille de quatre ans. 1979 célèbre alors Emilie Jolie.

Encore une fois, Chatel prend le chemin inverse à la hype du moment, le disco, pour proposer un bouquet de mélodies, une balade au pays de l’enfance qui séduit les parents. Lorsqu’on écoute le titre le plus connu, « Chanson d’Emilie et du Grand Oiseau », des étoiles traversent l’esprit, scintillements lumineux qui parcourent les oreilles et les yeux.

Chanson d’Emilie et du Grand Oiseau

Superbe réussite, le public est au rendez-vous d’autant plus que, l’année suivante, le réalisateur de télévision Jean-Christophe Averty met le conte en image, lui permettant ainsi d’être vu et entendu par le plus grand nombre.

Par la suite, versatile, le succès fuit Chatel. N’en ayant cure, il a déjà publié un ouvrage sur Brassens en 1975, il rédige un roman titré Il Reviendra (1988). A l’image de ceux d’Yves Simon, superbement écrits, il parvient à séduire la critique. Bon an, mal an, les années passent jusqu’à ce jour de 2006 où un accident de quad le plonge trois mois dans le coma. A son éveil, suivi de longs mois de rééducation, il reste partiellement paralysé de la mâchoire. Pour un chanteur … Suit néanmoins un nouvel album en 2016, Renaissance.

Philippe CHATEL – 3h du Matin

On y retrouve cette façon d’aborder la guitare acoustique, ce style qui ne le quittera jamais. Par contre, au-delà du maniement de l’instrument, en 2021, c’est le chanteur lui-même qui nous quitte d’une « peine » de cœur. En hommage, depuis leurs sillons respectifs, Lili, sa lycéenne et Emilie continuent à faire vibrer celui des autres. Éternelles héroïnes, personne n’imagine qu’on puisse un jour arrêter de les jouer.

Thierry Dauge

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.

Laisser un commentaire