Les 4 Fantastiques – Hair Metal (3/3)

0
565

Les 4 Fantastiques – Hair Metal (3/3)

Les 4 Fantastiques - Hair Metal

A ce point du triptyque pouvons-nous d’ors et déjà exprimer un avis, exposer en quoi consiste la substantifique moelle du Hair Metal ? Suite aux deux épisodes précédents : Hair Metal (1/3) et (2/3), une première constatation s’impose, nous nous rapprochons d’avantage du « feu » que de l’« air ». Peut-on généraliser ? Citons d’autres noms, sans chronologie ni classement, juste pour différencier un peu plus la « lave » du « vent » : Skid Row, Warrant, Lillian Axe ou Bang Tango, 4 Fantastiques combos. Extrayons n’importe quelle chanson, balades exceptées, des albums suivant : Skid Row (1989), Cherry Pie (1990), Psychoschizophrenia (1993) ou Love after death (1994), et touillons. Qu’obtient-on ? Des cratères, des volcans ! Point de néant.

SKID ROW – Skid Row 

SKID ROW – Sweet little sister

Chez Skid Row, la pulsion relève du chanteur : Sebastian Bach. La musique est sympa mais point trop originale. Des refrains mélodieux qui se retiennent facilement, pour les chanter en salle, lors des concerts, et puis … le chant. Bach, grande tige, dégingandé, possède une voix assez extraordinaire, un « grand huit ». Elle monte tout en haut de l’escalier puis lâche la vapeur dans la descente, telle une cocotte-minute dont on ôte la soupape de sureté. Du coup, contrairement à la concurrence qui se complaît d’avantage dans les confiseries, les ballades du groupe sonnent plutôt juste. Quel dommage que Bach ait fait une fugue …

I remember you

WARRANT – Cherry Pie 

WARRANT – Uncle’s Tom cabin

A cette époque, Warrant est la chose de Jani Lane, chanteur, auteur et compositeur de tous les titres de Cherry Pie. Outre une voix plutôt agréable, il cultive l’art des refrains extraordinaires. L’intonation qui va bien, une subtile harmonisation entre les notes de guitare et la mélodie vocale, un équilibre idéal qui attise la compulsion. Cet homme, mort à 47 ans d’un trop plein de solitude alcoolisée, prouve que le look outrancier du hair métallurgiste de base peut cacher un mélodiste appliqué.

Mr Rainmaker

LILLIAN AXE – Psychoschizophrenia

LILLIAN AXE – Those who pray

Ce fois-ci, aux commandes du vaisseau Lillian Axe, comme fréquemment dans ce genre de formation, on trouve le guitariste soliste : Steve Blaze. Il pratique la composition travaillée au scalpel, ponctuée enchaînements micrométriques. Les morceaux se suivent qui, bien que liés par le son et l’esprit général véhiculé par l’album, ne génèrent aucune lassitude (à deux / trois « nanars » près, ce qui est plus qu’honorable). Au-delà du hair metal, au prétexte que ses textes abordent des sujets plus ou moins bibliques, Lillian Axe est qualifié de groupe Christian Metal. « Hair », « Christian », quel charivari de couloir autour de ce qui reste du heavy rock proprement empaqueté.

Crucified

BANG TANGO – Love after death 

BANG TANGO – Don’t count me out

Sur Love after death, Bang Tango, quant à lui, propose un hair metal cémenté trempé. Le « plus » est apporté par un groove assez inhabituel initié par la basse. Déjà, sur ses albums précédents, ce trait « dansant » soulignait l’originalité du combo. On pourrait alors croire qu’une telle dissociation, guitares « démonte-pneus », basse funky, génère une cacophonie propice aux céphalées. Il n’en est rien ! Bien au contraire, on prend plaisir à cette esquisse de heavy rock fusionnel, la Fusion en tant que genre musical restant quand même assez éloignée du résultat final, d’un « Epic » de Faith No More, par exemple. Persiste une fragrance agréable au tympan, un parfum sub exotique stimulant l’adhésion au mouvement.

My favourite 9

Il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte

Du coup, pouvons-nous définir des caractéristiques générales relatives au Hair Metal ainsi que des critères de qualité ? Osons un essai : « Hair » pour les cheveux, « Metal » pour la musique, « Sueur » pour les deux. Des « souillons », oui, des « bâillements », non. D’ailleurs, aux USA, ces albums sont ceux qui se sont le plus vendus (par millions !), sur la période où ils sortirent. Est-ce un critère de qualité ? Lorsque l’on sait que le 45 tours de « La danse des canard » s’est écoulé en France à plus de 2 millions cinq cent mille exemplaires : non. Mais, dans le microcosme rock, s’il existe parfois des ratés entre les performances commerciales d’un enregistrement et son contenu, ça n’est pas une universalité. Un jugement basé sur le goût ouvre à tous les possibles.
Exemple : Ratt, à se régaler ou à vomir ?

RATT – Lay it down

Le Hair Metal ? Pour les amateurs de hard rock, ou de rock tout court, une fois l’image mise de côté, reste le son. De ce côté-là, Léo Ferré l’a chanté par anticipation dès 1969 : « C’est extra ».

Thierry Dauge

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.