Wattstax par Guy Darol

0
574

20 Août 1972, Une Fierté Noire

Wattstax par Guy Darol
Wattstax par Guy Darol

Des Emeutes A La Musique

Wattstax fut surnommé dans les seventies le Woodstock des Africains-Américains. Que s’est-il passé ce jour du 20 août 1972 ? Parce que, oui, peu de gens le savent et encore moins en Europe (ne parlons même pas de la France) mais ce jour-là eu lieu le plus grand concert réunissant les meilleurs noms du label Stax pendant plus de cinq heures sans interruption.

Nous sommes au Coliseum de Los Angeles, devant 110 000 personnes qui s’apprêtent à voir le show le plus étonnant de la soul et du funk engagés contre les discriminations raciales.

Guy Darol retrace en détail, non pas les performances des artistes, qui forme quand même un beau chapitre, mais, comment tout cela est arrivé.

Il s’agit donc de raconter d’une part les émeutes raciales, violentes et mortelles de Watts en 1965 faisant 34 morts, 1032 blessés et 3438 arrestations dont on ne connaît pas leur destin. La naissance et la puissance du Black Power en seront l’aboutissement.

Rufus Thomas – Breakdown – Wattstax (1972)

D’autre part Stax, le label concurrent de Motown, produira quelques grands noms de la soul music et du funk, sans doute plus vindicatifs que ceux de la Motown.

Quelques noms ?… allez : Otis Redding (mort en 1967, révélé par le label, forcément présent par la pensée), Isaac Hayes, Jesse Jackson (si, si, le pasteur lui-même, ô combien présent pour ce festival), Al Bell, Melvin Van Peebles (oui, un des réalisateurs majeurs de la Blaxploitation qui permet à un certain Tarantino de se monter une fortune en abusant de ce genre), Albert King, Rufus Thomas, etc.

isaac Hayes – Shaft – Wattstax (1972)

Si le festival fut une réussite totale, un film en donne bien l’ambiance, la suite ne changea pas forcément les données et, par la suite, les crimes effectuées par la police de différents états et amnistiés par la justice confirma le coup d’épée dans l’eau, hélas !…

Tout cela est formidablement raconté par Guy Darol, de façon condensée et donc intense dans la belle collection du Castor Astral « A Day In The Life ».

Guy Darol – Wattstax

20 Août 1972, Une Fierté Noire

Castor Astral – collection « A Day In The Life »

192 pages – 15,90 €

Patrick Bénard

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.