The CLASH – « From here to eternity »

0
230

The CLASH – « Maintenant et pour l’éternité »

The Clash

Avril 1977 : les disquaires crucifient la pochette du 1er album du Clash sur le mur face-entrée de leurs échoppes. A l’aide d’épingles à nourrice of course !
Novembre 1978 : « Give ‘em enough rope » s’invite en tête de gondole des magasins.
Décembre 1979 : « London calling » est partout !
Décembre 1980 : « Sandinista ! » triple la mise.
Mai 1982 : « Combat rock », même s’il se fissure, le combat continue.
Octobre 2006 : « The singles » écrase la concurrence ! Dix-huit 45 tours du Clash dans une même Box, plus un 45 tours d’interview, plus un livret ! C’est Noël avant l’heure.
Octobre 2008 : « Live at Shea Stadium », prestation US livrée en ouverture de The Who, vient exhaustivement compléter le live précédent.
Compléter ? En octobre 1999, après que Mick Jones ait fait le tri dans les enregistrements du groupe, The Clash sort un double 33 tours déjà quasi définitif sur ses prestations vivantes : « From here to eternity » (FHTE).

The CLASH – Complete control (live FHTE)

Paroles de live

« From here to eternity » couvre la période qui va d’avril 1978 à octobre 1982. What else ? Il n’y a que des missiles intercontinentaux à ogives nucléaires sur les quatre faces du vinyle, des mines anti médiocrité. Piochons au hasard une chanson par face, pour l’exemple : « Career opportunities », « Capital radio », « Armagideon time » et « Know your rights ». Le Clash, roi du single, capable d’aligner des seconds couteaux aussi affûtés que ses pin-up de premier plan. Toutes celles et ceux qui bafouillent leur Rock disposent en ce double Lp de quoi se rééduquer l’oreille. Et l’initiation, sidérante expérience, les laissera dépendants pour l’éternité.

I fought the law (live FHTE)

Témoignages

The Clash

« The Clash cumule l’attitude, le look et les chansons. Quel autre groupe pour s’aligner concomitamment dans ces trois domaines ? A part The Rolling Stones 60’s et 70’s … » (Paroles de fan – 1979).

« La musique du Clash relève d’une alchimie mystérieuse, de l’affrontement du glam-rocker Jones au teddy-boy Strummer » (Micro-trottoir – 1982).

« Chez The Clash, le punk essore les 50’s où The Sex Pistols thésaurise les 70’s. Par-delà le no futur, plus rock que punk, il ne pouvait que durer puis, à bout d’énergie, souffler sa propre bougie. Lorsque Joe répudie Mick, c’est chose faite, tout est fini. Reste ces scories qui, traversant les années, se sont faites ‘ensillonner’ » (Magazine de presse spécialisée à propos de « From here to eternity » – 1999).

The CLASH – Train in vain (live FHTE)

Testament

« From here to eternity » renferme seize fabuleux témoignages du Gang à son sommet. Lorsque la musique touche à ce point l’esprit de celui qui l’écoute, faisant fît des allégations vaseuses, des critiques fallacieuses, on parle de communion.
En fait, les Magnifiques étaient quatre, et s’ils en chantèrent sept, c’est que leur générosité les poussait à léguer. Apprentis rockeurs, aguerris rock’n’rollers, sachez en profiter en puisant à ce creuset le parfum des musiques de demain.
« La bonne blague ! Z’ont dépassé la date de péremption … ». Périmé, The Clash ?! Si l’on peut rire de tout, il est des sujets qu’il vaut mieux éviter : « Maintenant et pour l’éternité ».

The magnificent seven (live FHTE)

Thierry Dauge