Elton John, le jour où il faillit épouser… une femme

0
632

Il l’aurait regretté toute sa vie !

A la place il en fit une chanson  : «Someone saved my life tonight»

elton john
Elton John «Someone saved my life tonight»

Elton John : (extrait du livre Anthologie des tubes rock – Soixante ans de musique pour les kids)

Il joue du piano debout, collectionne les paires de lunettes délirantes et, comme son ami Rod Stewart, joue au football. L’une des stars des 20è et 21è siècles est née le 25 mars 1947 et apparaît sur les registres d’état civil sous le patronyme de Reginald Kenneth Dwight.

Difficile à retenir, un nom pareil

Il l’a troqué pour un pseudonyme plus facile à retenir, Elton John, clin d’œil à deux de ses meilleurs amis, Elton Dean et Long John Baldry. Et justement c’est ce dernier qui rapporte une histoire que, sinon, on aurait eu bien du mal à croire. Mais retour au tout début de l’histoire de Sir Elton Hercules John. Sir, car il a été anobli : la société britannique est beaucoup plus permissive que du temps d’Oscar Wilde.

Déjà, tout petit… Elton John

A l’instar de son aîné Wolfgang Amadeus Mozart (qui, lui aussi, était affublé d’un nom difficile à mémoriser), Elton commence à pianoter dès l’âge de quatre ans. Ses parents l’enverront à l’Académie royale de Musique lorsqu’il en aura douze.

La pop music l’attire

En 1960, il joue dans le groupe The Corvettes ; en 1964, dans Bluesology, le groupe de Long John Baldry. Explication de texte : «Long John» car Baldry mesure pas loin de 2 mètres, et «Bluesology» car Baldry chante le blues avec une voix incroyablement caverneuse.
Hélas le blues ne nourrit pas son homme. Le 1er novembre 1967, Baldry accepte d’enregistrer une chanson de variété, « Let the heartaches begin » qui, en décembre, dans le hit-parade anglais, fait la nique aux Beatles. C’est dire le succès qu’obtient Baldry quasiment du jour au lendemain.

Mais ça change tout dans la vie de ses musiciens autant que dans la sienne: désormais il se produit dans des cabarets huppés avec une bande enregistrée et, en conséquence, n’a plus besoin de musiciens pour l’accompagner sur scène.
En 1968, Elton John (qui s’appelle encore «Reg» Dwight) est un obscur pianiste qui cherche un job. C’est donc un peu à cause, grâce à Baldry qu’Elton, au chômage, se trouve obligé de… devenir une star!

Il manque de peu de devenir le chanteur de King Crimson, avant que le leader de la formation, le guitariste Robert Fripp, ne lui préfère Greg Lake.

Elton John en route vers le succès

Le succès de «Empty Sky» en 1969 balaye l’échec de ses premiers vinyles en 1968. À l’époque, Elton est fiancé avec une certaine Linda Woodrow – aujourd’hui, Linda HANNON – et il est même sur le point de se marier, une date ayant été arrêtée pour unir les tourtereaux. Il est sur le point de dire oui… mais en lui-même il est désespéré.

Elton a longtemps dissimulé son homosexualité

On peut même, à la lueur des informations qui vont suivre, se demander s’il ne se la cachait pas à lui-même, s’il ne tenta pas de la refouler. Mais, là, se marier, c’est trop. Il faut savoir que, certes Elton vit déjà avec Linda… mais pas seul ! En réalité, ils sont trois. Et le troisième est Bernie Taupin, l’homme avec qui Elton va coécrire tous ses hits.

Elton John est désespéré

Il pense même au suicide. C’est en tout cas ce qu’il confie à son ami Baldry. Celui-ci, heureusement, profite de son emprise sur Elton pour le faire renoncer au projet. Le chanteur lui en sera reconnaissant, considérant que Baldry, en lui faisant renoncer au mariage avec Linda, lui a carrément sauvé la vie. Comprenne qui pourra. Par galanterie, Elton n’aurait évidemment pas cité précisément les noms de Linda et de Baldry dans une chanson, mais ceux qui les ont connus ont deviné de qui il était question dans les paroles de la chanson «Someone saved my life tonight» et de «Your Song» (7e en Grande-Bretagne, 8e aux Etats-Unis en 1971).

elton john
Elton John «Someone saved my life tonight»

Cette histoire a été complètement omise dans le biopic Rocketman qui vient de sortir, raison pour laquelle Linda a raconté cette aventure. voici ses propos (en anglais, mais c’est très compréhensible) :

linda Hannon
linda Hannon

« We decided to get married, we went and we found a flat in Mill Hill. Bought furniture for it. I went off to the antiques store and bought myself an engagement ring, because neither him or Bernie (Taupin) had any money. So I was kind of having to support them. His mother had ordered the wedding cake and it’s true what the song says. He did come back at 4 o’clock in the morning and tell me that it was over. I was kind of devastated, because we’d planned so much for the wedding and then suddenly he comes in and says, ‘sorry it’s all over »

Cette histoire et bien d’autres dans le livre : Anthologie des tubes rock – Soixante ans de musique pour les kids

A lire également :

Freddie Mercury et Mary Austin – Une idylle longtemps dissimulée

Nanette Workman