La culture se partage !

Princess Thailand – Un groupe noisy à souhait

princess tailand band

Un post rock vocal flingueur

Histoire de rire, j’imaginais une nouvelle version de Le Prince Miiaou, agréable par ailleurs dans un autre domaine. Là, ça ne rigole pas du tout. Princess Thailand est un quintet toulousain qui possède des décibels à revendre. Et donc, grâce au crowfunding, via Ulule, le groupe a réussi à commettre cette comète venu d’un nuage vaporeux ou l’apocalypse se rapproche à grand pas. En gros, sept titres outrageux, emmenée par la chanteuse Aniela, à la voix d’outre-tombe de Siouxsie de la plus belle période, qui flingue tout ce qui bouge d’un sourcil.

Princess Thailand remet en cause tout ce qu’on a pu écouter, ou presque, de l’orientation noisy post rock depuis un bon moment. Et c’est en France que ça se passe. Un premier titre tranquille mais déjà ombrageux, « Be Cursed », jusqu’au 11 minutes incandescentes de « Drone Under », déflagration où Jesus and Mary Chain rencontrerait Mogwaï, le groupe s’échine à ne pas laisser respirer quiconque. Une totale réussite qui appelle d’autres merveilles.

Princess Thailand – (MGMT / Martingale)

Patrick Bénard – Culturesco

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
Article précédentEncore des séances rares de Jimmy PAGE exhumées !
Article suivantBernard LAVILLIERS : Si “O gringo” m’était conté
Ecrivain, chroniqueur, animateur radio, créateur de la revue « Cinémanie », autour du cinéma dit d’art et d’essai, spécialiste du groupe The Cure, archiviste... 2014 : « On the rocks –le rock de 2007 à 2014 » chroniques livres et cd rocks, interviews –Editions Vaillant 2010 : « Dans la Tête de Robert Smith », roman fiction autour de l’histoire des Cure et de Robert Smith – Edilivres 2007 : « Chroniques Frénétiques, une histoire intime du rock », roman, prix Technikart. 2001 : « Les Iles du Désert », polar autour du rock – Editions Nykta