ELVIS COSTELLO – RADIO RADIO : chanson interdite

0
90

Pétage de plomb – Elvis Costello – Radio Radio au Saturday Night Live

Radio Radio – Pétage de plomb orchestré, où l’ancêtre du Buzz…

Elvis Costello Radio Radio : cet artiste est un peu comme le bon vin. Si avec l’âge, il est devenu un personnage posé et relativement sociable, il n’en fut pas de même au début de sa carrière. Une musique énervée, tressaillante, surprenante, largement héritée du Rock des années 60 avec en plus un parfum sauvage de l’air du temps. Entendons nous bien, nous sommes en 1977 et Costello n’est pas un punk. Cependant, il a forcément humé les parfums sauvages et ravageurs de l’air du temps. Et chez lui, la révolte est dans le verbe. L’homme est hargneux, provocateur et irrévérencieux et ces textes sont de véritables brûlots hautement inflammables. On le reconnaît être bravard, imprévisible envers son entourage, mais également brutal envers lui même…

Au mois de décembre 1977, Elvis Costello est invité sur le plateau du Saturday Night Live – NBC – en lieu et place des Sex Pistols retenus à la frontière pour des problèmes de visa. Costello et son groupe démarrent Less Than Zero. Mais au bout de quelques secondes, d’un ton très agressif, il déclare:

« Je suis désolé, mesdames et messieurs, mais il n’y a aucune raison de faire cette chanson ici. »

elvis costello

Il enclenche séance tenante une version tonitruante de Radio Radio, dont le texte fustigeant le système médiatique avait consensuellement été écarté de la diffusion. Pétage de plomb vraisemblablement prémédité puisqu’ Elvis Costello racontera s’être inspiré de celui de Jimi Hendrix à la BBC sur le Lulu Show. La NBC le boycottera pendant des années, mais l’effet est suffisamment efficace pour être repérer par Columbia…

Le producteur de Saturday Night Live, Lorne Michaels, était furieux. On raconte qu’il aurait fixer Costello durant toute la chanson en brandissant un doigt d’honneur. Youtube autorise seulement la moitié de la vidéo en raison de son caractère violent… on croit rêver.

Elvis Costello – Radio Radio – Saturday Night Live – NBC

Elvis Costello : This Years Modele

La version UK de son deuxième album This Years Model sorti le 17 mars 1978 paraîtra sans ce titre. La version américaine quant à elle, sortie quelques mois plus tard l’intégrera… cherchez l’erreur.

L’album This Years Model dévoilera le talent manifeste du songwritter Costello. Un disque truffé de compositions racées, nerveuses, et hétérogènes. Citons quelques perles dont le quasi éponyme This Years Girl dans lequel il fustige les starlettes éphémères.  Mais également l’incroyable, violent et élastique Pump It Up. Un titre qui évoque clairement la coke sous des airs d’allusions sexuelles adroitement ambigües. Citons également (I Don’t Want To Go To) Chelsea où Elvis Costello, toujours en lutte « against the system », s’en prend aux prix exorbitant des loyers en banlieue londonienne. Avec l’ajout d’un orgue au son sixties, Costello a trouvé l’instrument parfait pour se façonner un son. Il domine le couple basse/batterie tel un brouillard sombre, compressant lourdement la rythmique et dégageant le syncopé des guitares.

Un album qui sent bon l’adrénaline et qui n’hésite pas à surprendre l’auditoire. Un disque qui nous brusque… et ça fait du bien. Probablement l’un des plus Rock et virulent de Costello, quoi qu’il en soit, d’une efficacité redoutable.

Auguste Marshal