La culture se partage !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Dogs – 1980 : Le ton se durcit

C’est au début des années 80 que l’on vit émerger Walking Shadows le deuxième album des Dogs de Rouen, le groupe emmené par Dominique Laboubée. Les Dogs étaient à l’époque encore à l’état de trio. Trois frenchy dans le vent qui ont bien l’intention de montrer ce qu’ils ont dans le ventre.

les-dogs-de-rouen
Les Dogs de Rouen 1980

L’album est à nouveau réalisé par Lionel Herrmani, disquaire de son état à Rouen – Melodies Massacre – ami de Dominique Laboubée et de son équipe. Lionel est également celui qui les a lancé en tout amateurisme mais avec passion et ferveur, sur la voie de leurs premiers enregistrements. Un ami, homme de conseil et un véritable appui pour tout le groupe. Pour qui en douterait, cette interview retraçant son parcours (enregistrée en novembre 2017 à Dijon) est un véritable retour sur le Rock de la fin des années 70 à Rouen.

Melodies Massacre – Les années Rock – Lionel Herrmani

Si le premier disque renvoyait des aspirations à tendances revival « garage 60’s », cette deuxième production dénote par ses accents stoogiens. Le son des guitares est plus dur, plus sale, plus intense et les basses envoûtantes ronronnent. Un son et un style qu’on ne retrouve que sur ce disque des Dogs.

Le groupe est signé chez Phonogram, mais Dominique sent bien que la tournure prise par le marché du rock en France n’est pas en accord avec ses positions, ses choix et ses goûts. Qu’importe, l’homme est opiniâtre et déterminé. Point de concessions quant il s’agit de sa musique. Alors, s’il ne reste plus beaucoup de temps chez Phonogram – et l’avenir lui donnera raison – autant en profiter pour donner le maximum. Lionel Herrmani qui produit l’album lui propose de tester un son différent, moins brut, dans lequel les harmoniques, les riffs et gimmicks ressortiraient mieux… Résultat efficace.

Dominique Laboubée

« je ne sais pas pourquoi, mais dès le début je suis persuadé que nous allons pas rester chez Phonogram, et pour un second album, je désire montrer une autre facette des Dogs. »

Extrait du livre : Too Much Class…Dogs, L’histoire – Catherine Laboubée

Walking Shadows est évidement la suite logique du premier album Different. Les Dogs ont acquis l’énergie et la maturité technique. Et ça tombe bien, l’ingé son du studio Db de Rennes (Marquis de Sade), est docile aux différents essais. Les Dogs peuvent enfin travailler prises micros, positions et réglages des amplis… Plus brut, plus épais, aspirant à un état vibratoire hérité de la culture punk. Dominique Laboubée troquera d’ailleurs sur cet enregistrement sa légendaire Rickenbacker, laissant place à une Gibson branchée sur un ampli Fender Twin Reverb. (dixit Lionel Herrmani).

Les Dogs – Walking Shadows

Walking Shadows, une expérience un peu décalée sur l’ensemble de leur discographie, mais relativement proche de l’énergie scénique. Homogène et pied au plancher, accroché à l’instant, comme si c’était le dernier.

Auguste Marshal

« Bonjour, on s’appelle Les Dogs et on vient de Rouen »

« J’ai beaucoup de mal à avouer que j’aime bien Gainsbourg, Polnareff, Dutronc et Ronnie Bird. Quand on a commencé, il n’y avait pas beaucoup de groupes de Rock en france, et ça ne nous venait même pas à l’idée de chanter en français… »

Dominique Laboubée – Les DOGS

https://culturesco.com/index.php/2018/08/14/livre-sur-les-dogs-de-rouen-ecrit-par-catherine-laboubee-la-soeur-des-dogs/

Did you enjoy this article?
Inscrivez-vous afin de recevoir par email nos nouveaux articles ainsi qu'un contenu Premium.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •